La E-cigarette pour arrêter de fumer : ça marche d’après des chercheurs !

Une étude scientifique publiée dans la revue internationale Addiction conclut que la cigarette électronique aide à arrêter de fumer

Une étude scientifique publiée dans la revue internationale Addiction conclut que la cigarette électronique aide à arrêter de fumer

En mars dernier, j’évoquais une « pseudo » étude calamiteuse qui concluait que la cigarette électronique n’aidait pas à arrêter de fumer. Ces résultats arrivaient à point nommé au moment où un texte de législation sur la cigarette électronique était étudié aux USA. Critiquée de toute part, notamment par la très respectable American Cancer Society, l’étude non seulement confondait corrélation et causalité mais reposait sur un échantillon ridicule de 949 fumeurs dont 88 vapoteurs. Aujoud’hui vient de sortir une étude beaucoup plus aboutie sur près de 6000 fumeurs dont environ 500 vapoteurs et qui conclue que la ecigarette aide à arrêter de fumer. Mieux, les auteurs ont pu quantifier l’augmentation des chances de réussite du sevrage tabagique grâce à ce produit. Les vapoteurs ont ainsi 60 % de plus de chances d’arrêter de fumer par rapport aux autres alternative de sevrage (arrêter sans soutien ou être aidé par des substituts nicotiniques comme des gommes à mâcher ou des patchs). Ce résultat est véritablement fondamental et très encourageant car comme dans le cadre de l’étude néozélandaise qui concluait que la cigarette électronique était au moins aussi efficace que les patchs pour arrêter de fumer et plus efficace pour réduire sa consommation, une partie du matériel utilisé est de première génération et il existe bien mieux aujourd’hui.

Une étude sur près de 6000 fumeurs qui ont tenté d’arrêter de fumer

L’étude financée par une association de recherche sur le cancer britannique (Cancer research UK) et menée par l’équipe du Docteur Jamie Brown - University College London (UCL) – est publiée dans la revue Addiction (21 mai 2014) et disponible ici :  Real-world effectiveness of e-cigarettes when used to aid smoking cessation: a cross-sectional population study.

Les chercheurs ont travaillé sur un échantillon représentatif de 5863 fumeurs. Ces individus ont fumé sur les 12 mois précédant l’enquête et on tous essayé d’arrêter sur la période. Parmi eux 464 ont uniquement utilisé la e-cigarette, 1922 seulement des substituts nicotiniques et 3477 n’ont pas reçu d’aide (seulement leur volonté). La variable d’intérêt mesurée était l’arrêt de fumer à l’issue de la période en corrigeant des effets de structure comme  l’âge, un indicateur de dépendance à la nicotine et les conditions de l’arrêt (tentative d’arrêt immédiat, ou de réduction de la quantité de cigarettes fumées).

Il est important de noter que l’échantillon représentatif socio-démographiquement des fumeurs de plus de 16 ans du Royaume Uni a été constitué mensuellement de juillet 2009 à février 2014. Les individus qui utilisaient à la fois la ecigarette et les patchs ont été retirés de l’échantillon (seulement 73) ainsi que ceux qui ont reçu une prescription de médicament pour arrêter de fumer, ou le soutien d’un professionnel (via des entretiens en face à face) en plus de l’utilisation des substituts nicotiniques (173) ou de la cigarette électronique (25).

63% plus d'arrêt avec la cigarette électronique que le patch !

63% plus d’arrêt avec la cigarette électronique que le patch !

Au final, toutes choses égales par ailleurs, les vapoteurs avaient 63% plus de chance d’avoir arrêté de fumer que les fumeurs qui avaient acheté des substituts nicotiniques et 61% plus de chance par rapport à ceux qui n’avaient reçu aucune aide. Un vapoteur sur 5 aurait réussi à arrêter de fumer. Les auteurs signalent également qu’au delà de leur étude sur échantillon, d’un point de vue macro, la montée en puissance de la cigarette électronique au Royaume Uni coïncide avec la baisse du tabagisme dans le pays. On peut s’interroger au passage sur l’efficacité des substituts nicotiniques qui sont encore préconisés par la corps médical.

Limites de l’étude

Une première critique que l’on peut faire repose sur l’absence de contrôle et de questions sur le matériel et le eliquide utilisé par les vapoteurs interrogés. Or, il est évident qu’il y aura une grande différence de réussite de sevrage tabagique entre des utilisateurs de cigarette électronique jetable bas de gamme et cigarette électronique Ego Aspire BDC. De même ceux qui n’ont essayé qu’un liquide ou ceux qui auront testé toute une panoplie de goût de E-liquide tabac ou fruité.

Une seconde critique que l’on peut faire à l’article est de ne pas avoir tenu compte d’un potentiel lien entre l’utilisation de la cigarette électronique (et des substituts nicotiniques) et la motivation d’arrêter de fumer. En effet, alors qu’il y a des pubs pour les patchs, gomme à mâcher etc… et qu’ils sont recommandés par les médecins, ce sont des méthodes de sevrage à la porter de tous, presque sans effort. C’est peut être moins le cas avec la cigarette électronique, notamment sur le début de la période étudiée et il fallait vraiment vouloir pour essayer cette méthode. Il faudrait donc un traitement économétrique spécifique pour corriger de ce potentiel biais d’endogénéité ou au moins le tester. A noter que les chercheurs sont conscients de cette limite et l’ont plus ou moins signalé dans leur étude.

Autres petites limites de ce travail :

- le fait que l’arrêt du tabac soit déclaratif et pas contrôlé médicalement peut induire un biais,

- l’attrition  (c’est à dire le fait que des gens qu’on a interrogé ne répondent plus par la suite) inhérente à toute étude longitudinale non obligatoire, qui est potentiellement corrélée à la variable d’intérêt « l’arrêt du tabac » peut introduire un biais dans les résultats.

Quoiqu’il en soit cette étude est absolument fondamentale et confirme ce que pensent de nombreux vapoteurs. Espérons que ces travaux seront repris et complétés.

Vous avez trouvé cet article instructif et vous voulez être prévenus des suivants ? Ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ huit = dix

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>