120 médecins lancent un appel pour la cigarette électronique

Nous le savons, la cigarette électronique, en France, est aujourd’hui objet de nombre de critiques et de préjugés, notamment dans le domaine législatif.
Les loi qui encadreront ce produit en France dès 2016 et les rapports sur lesquels se sont appuyés les législateurs sont en décorrélation avec ce qu’estimeraient souhaitable nombre de professionnels de la santé. Nombre de médecins français aimeraient pourtant dédiaboliser la cigarette électronique, et s’inspirer plus amplement de l’exemple britannique, bon élève européen en matière de réduction du tabac.

Les professionnels de la santé s’appuient sur le rapport anglais du Public Health England

Philippe Presles

Philippe Presles, addictologue reconnu, auteur de l’appel.

En marge des premières rencontres de la Vape à Paris, 120 professionnels de la santé, notamment des médecins, pneumologues, tabacologues, addictologues et cancérologues, aidés par SOS Addictions, se donc appuyés sur le rapport britannique du PHE, pour lancer un appel demandant à ce que ce rapport anglais soit mieux pris en considération dans notre pays, afin d’aider et d’accompagner les fumeurs à sortir de leur dépendance au tabac, et d’arrêter de diaboliser la cigarette électronique, avec des craintes la plupart du temps infondées ou scientifiquement infirmées. En anglais (PDF), retrouvez le résumé de ce rapport.

« Fort de ce constat et de celui de sa quasi-innocuité pour les fumeurs et les non-fumeurs, ce rapport recommande la promotion de la e-cigarette auprès du grand public et du corps médical pour en développer l’usage », précise cet appel.
Avec une politique de prix haut du tabac, c’est cette stratégie qui réussit en Angleterre, avec moins de 18% des anglais qui se déclarent fumeurs.
L’appel précise aussi que c’est avec une politique de prix hauts du tabac, que cette stratégie réussi en Angleterre, jusqu’à faire passer en dessous de 18% le nombre de fumeurs outre-Manche. Des chiffres remarquables, qui font de l’Angleterre l’exemple à suivre, en matière de réduction du tabac.

Alors que, en France, c’est le chemin inverse qui est engagé : le tabagisme repart à la hausse depuis quelques mois.
De la part des politiques publiques, il y aurait donc urgence à agir en la matière. C’est tout le sens de l’appel de ces 120 médecins.

2 réflexions au sujet de « 120 médecins lancent un appel pour la cigarette électronique »

  1. J’entame mon septième mois de vapotage et pas une seule cigarette après plus de 40 ans de tabagisme (15 à 30 cigarettes par jour selon les périodes). La cigarette électronique est pour moi un miracle. Pas de sensation de manque, c’est magique !
    Le déclic est tout de même nécessaire pour s’y tenir car il faut résister aux pulsions qui surgissent parfois à la vue d’un paquet de cigarettes. Une pulsion c’est 2 ou 3 secondes où il est nécessaire de se résonner et de se concentrer sur ses motivations mais c’est facile car je n’ai pas de sensation de manque contrairement à toutes les autres méthodes tentées auparavant (patch, hypnose, fil à l’oreille etc.). Je suis passée tout de suite à un taux très faible de nicotine (4%) puis un mélange de 4 et 0% et maintenant à 0. A croire que le geste m’est nécessaire plus que la nicotine et c’est ce qu’il me reste à régler. Je ressens un peu une perte de concentration mais c’est peu de chose comparé au risque de finir avec une bouteille d’oxygène sur dos à cause de l’emphysème (tabac et radiothérapie suite à un cancer du sein n’ont sans doute pas fait bon ménage).
    Une chose est sûre, en 15 jours avec la e-cigarette mes quintes de toux n’existaient plus !
    Il y a déjà cinq ans j’ai accompagné mon frère adoré atteint d’un cancer du tabac à 52 ans jusqu’au départ mais même cette douleur n’avait déclenché aucune motivation pour arrêter le tabac alors autant dire que les horribles slogans et photos sur les paquets n’ont strictement aucune utilité pour ce qui me concerne, c’est moche mais totalement inefficace !
    Pour le choix de la e-cigarette j’ai pris un modèle comportant une batterie de qualité mais pas un débit surpuissant car je vois un certain nombre de personne stopper le tabac grâce à la e-cigarette puis abandonner car le débit de vapeur est trop puissant et les fait tousser plus que le tabac. C’est vraiment dommage ! Pour ma part je règle le débit de 4,5W à 5W (3V). Pour le choix du e-liquide je n’ai pas cherché à retrouver le goût de la cigarette, j’ai opté pour un goût fort et mentholé moi qui ne fumait jamais de cigarette mentholée afin de ne pas tenter la comparaison.
    Mon mari est encore fumeur mais a lui aussi une e-cigarette qu’il fume surtout en voiture. Il a opté pour un goût tabac caramel qui sent très bon. Il n’a pas encore trouvé la motivation suffisante pour passer le pas totalement mais a énormément réduit sa consommation.
    Voilà, avec le budget nous nous offrons en récompense un beau voyage aux Antilles !

  2. Bonjour, j’ai 52 ans gros fumeur depuis l’age de 15 ans ( 1 paquet et demi par jour Marlb…) .En 2013 j’ai découvert la E-CIGARETTE j’ai arrêté de fumer en trois semaine en utilisant du 18mg de nicotine puis 9mg puis 6mg actuellement je vapote en 3mg et 0 mg pour les produits mentholé . En 3 ans Je n’ai jamais eu envie de re fumer ! point positif j’ai retrouvé mon souffle , je dors comme un bébé, tout ce que je mange a du gout , mon odorat s’est développé, ma couleur de peau au niveau du visage est super ( ça sent plus le tabac froid a la maison j’ai économisé ma vie et 725 000 CFP par ans soit en 3 ans 2 176 200cfp en euros  » 18 000 euros » ( un paquet et demie/jour a 1300cfp + la moitier 650cfp x par 31jours x 12mois !!!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ neuf = quatorze

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>