Quand la presse relaye une étude calamiteuse sur la ecigarette

Mensonge ou incompétence ? Une étude très critiquée fait le buzz dans la presse mondiale.

Mensonge ou incompétence. Une étude très critiquée fait le buzz dans la presse mondiale.

Aujourd’hui, on pouvait lire sur les sites de presque tous les journaux des articles dont les titres étaient : « La cigarette électronique n’aide pas à arrêter de fumer, selon une nouvelle étude » – Les Echos, « La cigarette électronique inefficace pour arrêter de fumer, selon une étude » – Sud Ouest, « USA : la cigarette électronique pas efficace pour arrêter de fumer » – Le parisien, ou encore « La e-cigarette n’aide pas à arrêter de fumer » – Figaro santé. Dommage…la presse a encore privilégié le buzz à l’analyse. Car l’étude sur laquelle ils s’appuient est aussi consistante que du vent. il est rare que je critique autant une étude mais là on touche le summum de l’incompétence ou de la malhonnêteté intellectuelle. Ce n’est pas la première fois que des études sur la cigarette électronique confondent corrélation et causalité mais quand en plus elles s’appuient sur des effectifs ridicules on touche le fond…Pour couper court à tous ceux qui pourraient dire que je ne suis pas objectif, je vous ai préparé quelques réactions d’associations et de scientifiques qui sont totalement estomaqués que de telles conclusions ait pu être publiées en l’état. N’hésitez pas à faire tourner tout cela sur les sites médias concernés car il faut véritablement qu’ils soient un peu plus vigilants et ne soient pas que des boîtes d’enregistrement de dépêches AFP sensationnalistes. Je le rappelle il y a une revue de littérature sérieuse sur plus de 100 études sur la ecigarette réalisée par les Docteurs Polosa et Farsalinos dont aucun média n’a parlé pour le moment.

« les utilisateurs de cigarettes électroniques n’ont pas été plus nombreux à arrêter de fumer voire sont moins nombreux »

Voici donc la conclusion exceptionnelle à laquelle arrive les auteurs de l’article « A Longitudinal Analysis of Electronic Cigarette Use and Smoking Cessation » publié dans JAMA Internal Medicine le 24 mars 2014. 

Des associations de lutte contre le cancer et de prévention des risques du tabac s’insurgent

Je vous livre pour commencer la réaction de l’American Cancer Society (ACS), l’équivalent de la ligue contre le cancer en France. Reconnue pour ses positions très mesurées.

Même l'équivalent de la ligue contre le cancer américaine a critiqué les résultats de l'étude.

Même l’équivalent de la ligue contre le cancer américaine a critiqué les résultats de l’étude.

Une étude sous embargo jusqu’à lundi 24 Mars 2014 16:00 conclut que l’utilisation de cigarettes électroniques par les fumeurs n’est pas associé à des taux de cessation du tabac plus élevé ou à une consommation réduite de cigarette après un an. L’étude paraît dans le JAMA Internal Medicine. Dans l’étude , Rachel Grana et ses collègues de l’Université de Californie – San Francisco – ont suivi 949 fumeurs, dont 88 ont également utilisé une e-cigarette pendant un an. A la fin de l’année, 9 des 88 utilisateurs d’ e-cigarettes ont déclaré qu’ils avaient arrêté de fumer. Sur la base de ces données, les auteurs concluent que les e-cigarettes n’aident pas les fumeurs à arrêter de fumer. Voici les commentaires de Thomas J. Glynn , PhD, directeur , Cancer Science et Trends et International Cancer Control en réponse à l’étude .

    • Malheureusement, cette étude a de nombreuses limites, que les auteurs reconnaissent , tel que « le faible nombre d’utilisateurs d’e-cigarette de l’échantillon … qui peut limiter notre puissance statistique pour détecter une relation significative entre l’utilisation de la e-cigarette et l’arrêt du tabac » et « nous n’avions pas de données détaillées sur les caractéristiques de l’usage de la e-cigarette, telles que la fréquence, la durée, les modes d’utilisation, ou la motivation pour son usage » .

    • Ces limitations réduisent considérablement la capacité de l’équipe de recherche à tirer des conclusions significatives sur leurs données et mettent en cause les titres de la presse accompagnant l’étude, à savoir « La E-cigarettes n’est pas associée à plus d’arrêt du tabac, ou à la réduction de sa consommation ». Cette conclusion ne peut simplement pas être justifiée sur la base des données recueillies par les auteurs.

    • Cependant, cette étude met de nouveau l’accent sur la nécessité d’études plus indépendantes, objectives et responsables sur les e-cigarettes pour aider à connaître, le cas échéant , le rôle qu’elles peuvent jouer dans la réduction des coûts humains et économiques de l’usage du tabac aux États-Unis

    • Elle renforce également la nécessité de la FDA d’affirmer son souhait d’obtenir  une réglementation sur les e-cigarettes et les produits similaires d’absorption de la nicotine qui pourrait informer les consommateurs et les protéger et promouvoir la santé publique. L’American Cancer Society et le réseau American Cancer Society Cancer Action Network ( ACS CAN) ont été, et continuent d’être, des promoteurs forts de cette approche, à savoir l’appel à une recherche et une réglementation par la FDA qui soient plus indépendantes, objectives et responsables

Vous pouvez également lire ici la réaction de Clive Bates sur son blog, lequel est l’ancien directeur de l’Action on Smoking and Health au Royaume Uni (une association contre le tabagisme).

Ce dernier a écrit une lettre qui démonte point par point les conclusions hasardeuses de l’étude publiée dans le JAMA. Je vous propose la traduction de la lettre ouverte très violente qu’il a écrit aux auteurs :

Ancien Directeur de l’Action on Smoking and Health au Royaume Uni, Clive Bates démonte l’étude du JAMA dans une lettre ouverte aux auteurs

J’avais l’intention de bloguer à propos de votre récent article, mais j’ai finalement décidé d’écrire une lettre ouverte et de vous faire part directement de mes problèmes. Donc, je vous écris pour exprimer ma consternation devant les conclusions fausses, trompeuses et nuisibles que vous avez tirées de votre récent article paru dans le JAMA et de la communication faite auprès des médias. Les erreurs de raisonnement sont élémentaires et ont été utilisées pour tirer des conclusions qui sont implacablement hostiles à la cigarette électronique et à l’importante objectif de santé publique de « réduction des méfaits du tabac».

Il convient de souligner que des informations trompeuses dans ce domaine peuvent causer un préjudice réel à des personnes réelles, si elles réagissent à ces inquiétantes informations erronées en continuant à fumer. Il y a également d’autres dangers comme les médecins et les autres professionnels en qui ils ont confiance qui donnent de mauvais conseils sur la base de fausses informations. Enfin, il y a le danger que les décideurs politiques et les législateurs soient induits en erreur en mettant en place une réglementation trop restrictive qui protège les ventes du tabac de la concurrence d’alternatives beaucoup plus sûres et de meilleure qualité. Je crois que votre étude et le travail des médias doivent plus à un activisme mal orienté qu’à une investigation académique responsable, et comme tels, ils n’ont pas leur place dans la pratique d’une profession de santé publique ou au sein d’une université réputée.

Si vous lisez la suite vous verrez comment  les conclusions de l’article confondent allégrement corrélation et causalité.

On peut également citer les mots de David Abrams, directeur à l’American Legacy Foundation (ALF), une organisation à but non lucratif qui fait de la prévention sur le tabagisme des jeunes et encouragent les fumeurs à arrêter.

David Abrams, directeur à l’American Legacy Foundation (ALF) plaisante sur l’étude du JAMA qu’il juge sévèrement.

Je suis certain qu’une enquête pourrait montrer que les gens qui ont utilisé des gommes nicotinées sont beaucoup plus susceptibles de fumer et d’avoir du mal à arrêter de fumer, mais cela ne signifie pas que les gommes nicotinées constituent une passerelle vers le tabagisme ou rend plus difficile l’arrêt du tabac.

Le problème avec la conclusion de Dutra c’est que la causalité peut fonctionner dans l’autre sens; les enfants qui fument (à cause de la génétique, ou des parents qui fument) pourraient tout simplement être plus susceptibles de se livrer à d’autres comportements à risque, comme l’alcool, la marijuana ou utiliser la cigarette électronique.

La seule façon d’établir la causalité est une étude longitudinale rigoureuse qui suit un grand nombre de personnes sur une longue période de temps – quelque chose qui prendra des décennies.

La cigarette électronique est le premier produit depuis 100 ans qui pourrait rendre les cigarettes obsolètes

Ce serait littéralement faire disparaître la cause de la mort de 5,6 millions d’enfants vivant aujourd’hui, ainsi que 480 000 adultes chaque année.

Des scientifiques également très critiques

Michael Siegel, Professeur à l’université de Boston ne mâche pas ses mots sur son blog.

Le Professeur Siegel explique que les auteurs de l’étude ont fait la grave erreur de confondre corrélation et causalité.

Les auteurs de cette étude font l’une des erreurs les plus graves en épidémiologie. Ils ignorent le principe que «corrélation n’est pas synonyme de causalité. »

Ici, ils trouvent une corrélation entre l’utilisation de la cigarette électronique et des niveaux de tabagisme plus élevés. Mais puisqu’il s’agit d’une étude transversale, ils ne peuvent pas déterminer qui est venu en premier. En d’autres termes, quel est le sens de la relation de cause à effet? Est-ce que l’utilisation de la Ecigarette précède et est la cause du tabagisme? Ou le tabagisme précède, et est la cause de l’utilisation de la Ecigarette?

Les auteurs reconnaissent volontiers qu’il est impossible d’utiliser cette étude pour déterminer si oui ou non les e-cigarettes conduisent au tabagisme ou si le tabagisme entraîne l’expérimentation à la cigarette électronique.

Néanmoins, cela ne les empêche pas de tirer des conclusions. Ils concluent, en dépit de leur incapacité reconnue à tirer une telle conclusion, que: « l’utilisation de la cigarette électronique aggrave plutôt qu’elle n’améliore de l’épidémie de tabagisme chez les jeunes.

À mon avis, il n’y a qu’une seule explication possible à cela: le Dr Glantz ne respecte plus les règles de la science. C’est maintenant un homme de mission : détruire l’industrie de la e-cigarette et supprimer les e-cigarettes comme alternative pour les fumeurs qui tentent d’arrêter de fumer. Il a apparemment tiré une conclusion pré-déterminée que les e-cigarettes aggravent l’épidémie de tabagisme chez les jeunes, et il ne reculera devant rien pour tirer cette conclusion et la diffuser au public.

Apparemment, la science n’a plus d’importance. Vous pouvez reconnaître que l’étude ne permet pas de déterminer le sens d’une relation, mais aller de l’avant et tirer une telle conclusion de toute façon. Franchement, c’est de la science de pacotille, et c’est tout aussi néfaste que ce que nous condamnions l’industrie du tabac de faire dans le passé.

Carl V Phillips, Professor au département de Santé Public de l’Université d’Alberta jusqu’en 2009 et qui a aujourd’hui des liens avec la Consumer Advocates for Smoke-free Alternatives Association écrit une longue critique très acerbe mais extrêmement précise de l’article incriminé à lire ici.

Enfin le Dr Brad Rodu , professeur en médecine de l’Université de Louisville, spécialisé dans la recherche sur le sevrage tabagique a également écrit un petit billet sur cet article. Il dit notamment :

L’étude Dutra-Glantz est composée d’un nombre vertigineux d’analyses statistiques qui ne peuvent assurément pas soutenir leur conclusion que les e-cigarettes sont une passerelle vers les cigarettes classiques. Malheureusement, les médias ont mis en avant cette fausse déclaration dans le monde entier.

N’hésitez pas à relayer ce billet, notamment aux médias.

Vous souhaitez suivre notre actualité et celle de la ecigarette, ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Quand la presse relaye une étude calamiteuse sur la ecigarette »

  1. Formidable campagne de communication lancée par l’industrie du tabac qui a du souci à se faire. Ces propos ne se basent sur rien, dément les résultats de l’ensemble des études scientifiques conduites depuis plusieurs années et vont à l’encontre des positions des pneumologues et autres médecins français …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ cinq = treize

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>