Nicotine : à la recherche du hit perdu

Molécule de nicotine

Molécule de nicotine

Il y a peu la nicotine était indissociable du tabac. Pour des raisons de sevrage tabagique l’industrie pharmaceutique l’a commercialisée sous forme de patchs ou de gommes à mâcher. L’arrivée récente de la cigarette électronique a vu émerger une nouvelle attente des consommateurs qui recherchent une expérience identique à la cigarette classique. Or la nicotine joue un rôle clé dans le ressenti au moment du passage en bouche de la fumée, c’est le fameux « hit ». Mais d’où vient cette sensation et en quoi est-elle addictive ? La nicotine présente-t-elle un danger et faut-il essayer de la diminuer ? Y-a-t-il des substituts plus sains pour reproduire ses effets ?

Quand la nicotine a-t-elle été découverte ?

La nicotine joue un rôle particulier dans l’addiction du fumeur : c’est le principe actif du tabac. Pour rappel, le tabac a été introduit en Europe suite à la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb en 1492. Pour plus de détails à ce sujet, voir notre article sur l’histoire du tabac. Ce n’est qu’en 1809 que la nicotine est observée pour la première fois par le chimiste français Louis Nicolas Vauquelin qui identifie ce principe actif basique et volatile qui est par ailleurs entraînable à la vapeur dans le jus de tabac.
Louis Nicolas Vauquelin
Mais le nom de nicotine est attribué en 1828 par les chercheurs Posselt et Reimann de l’université d’Heildeberg qui l’étudièrent plus précisément et souhaitaient rendre hommage à Jean Nicot qui fut l’un des premiers à avoir introduit le tabac en France en 1560. La structure moléculaire empirique de la nicotine est découverte en 1843 par le belge Melsens (C10H14N2).

La nicotine est-elle dangereuse ?

Prise à faible dose la nicotine a un effet stimulant qui provoque une augmentation de la pression artérielle et du rythme cardiaque ainsi que la libération d’adrénaline. Elle réduit également l’appétit. A forte dose, elle entraîne nausées, voire vomissements et peut avoir un effet dépresseur. Au-delà de 50 mg en moyenne la dose est mortelle pour un être humain. Cette dose est bien inférieure pour un enfant. Ainsi la nicotine est fortement déconseillée pour les personnes souffrant de troubles cardio-vasculaires et pour les femmes enceintes. Il est indispensable d’éloigner de la portée des enfants et des animaux tout moyen d’administration de nicotine : patchs, gommes à mâcher nicotinée ou eliquide avec nicotine.

La nicotine rend-elle dépendant ?

Il est avéré que la cigarette est addictive. On a longtemps considéré que la nicotine était responsable de cette dépendance. Cependant, les recherches du neurobiologiste Jean-Pol Tassin, chercheur à l’Inserm a montré à partir de travaux sur des animaux, que la nicotine seule ne crée pas de dépendance. Il faut y associer d’autres éléments, lesquels sont justement contenus dans la cigarette comme l’harmane et la norharmane. Lorsque le fumeur arrête la cigarette il souffre de troubles liés à la dépendance : anxiété, maux de tête, irritabilité, voire dépression. Ces symptômes dont le pic est généralement observé autour de 3-4 jours peuvent durer plusieurs semaines.

Alors pourquoi certains liquides de cigarette électronique contiennent-ils de la nicotine ?

Avant tout il est important de souligner que le eliquide tabac ne contient pas de tabac mais contient un arôme proche du tabac.
Lorsqu’un fumeur essaie pour la première fois une cigarette électronique avec du eliquide sans nicotine il aura la sensation qu’il lui manque quelque chose dans la vapeur inhalée et cela en dépit du fait que le liquide pour cigarette électronique soit aromatisé avec un goût de tabac ou de fruit et que la vapeur soit à la température de la fumée de la cigarette classique. L’utilisation de Eliquide avec nicotine palliera ce manque de sensation. Il ne s’agit pas ici directement d’une dépendance à une substance mais à une sensation. Les utilisateurs de cigarette électronique parlent du fameux « hit » raccourci de l’expression anglaise « throat hit » qui vise le picotement et la contraction qui découle du passage de la nicotine dans la bouche et la gorge.
En effet, la nicotine crée une irritation, voire une légère douleur au contact de la gorge. Ce phénomène n’était que rarement pris en considération dans les études sur l’addiction à la cigarette avant l’arrivée de la cigarette électronique puisque la fumée de cigarette était indissociable de la nicotine. Pourtant, déjà en 2002 des études menées à l’Université de Californie avaient identifié cet effet irritant.
Marché d'épices
Les chercheurs mettaient en avant le fait que cela pouvait provoquer une forme d’addiction de même que certaines populations apprécient de manger épicé et peuvent difficilement s’en passer sans ressentir un véritable manque. Mais un parallèle peut également être fait avec les alcooliques qui recherchent la sensation de l’alcool dans la bouche et la gorge.
Pour le cerveau du fumeur, le picotement de la nicotine pourrait donc être un stimulus précurseur à l’administration de la substance dépendante. C’est l’une des raisons pour lesquels le fumeur rechercherait cette sensation qui n’est pourtant pas agréable.

Y a-t-il des Eliquides de cigarettes électroniques sans nicotine mais avec du « hit »

La nicotine n’étant pas une substance anodine, il serait intéressant pour la santé du fumeur de la diminuer et même de l’arrêter. Mais même s’il n’y a pas de réelle dépendance, du fait notamment du manque de « hit » les utilisateurs de cigarette électronique ont du mal à baisser le taux de nicotine. Ceux qui ont complètement arrêté de fumer retrouvent de plus en plus le goût et l’odorat et diminuent car ils trouvent que l’effet est trop puissant mais ont tout de même du mal à passer à un taux nul.

Le producteur de Eliquide Flavour Art a fait des recherches pour essayer de reproduire l’effet de la nicotine dans la gorge. D’après leurs ingénieurs aromaticiens, certaines substances pourraient théoriquement être utilisées mais il y a potentiellement des risques pour la santé qui devraient être contrebalancés avec ceux de la nicotine. Néanmoins, à partir de simples arômes alimentaires validés par l’autorité européenne de sécurité alimentaire Flavour art a mis au point du liquide pour cigarette électronique sans nicotine mais avec du hit : le Eliquide Flash.
Eliquide Flash sans nicotine avec hit
Le fumeur ne retrouvera bien entendu pas exactement la sensation de la nicotine mais plusieurs utilisateurs ont réussi à diminuer et supprimer la nicotine en ajoutant quelques gouttes de Eliquide Flash dans leur liquide habituel. Tout est une question de dosage et également de personne. Certains trouvent que le E-liquide Flash est trop puissant et ne le supportent pas, d’autres ne jurent que par lui. C’est en tous cas une alternative à essayer en attendant les innovations à venir.

Vous avez trouvé cet article instructif ? Ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

2 réflexions au sujet de « Nicotine : à la recherche du hit perdu »

    • C’est un additif pour e-liquide, qui reproduit la sensation que procure le passage de la fumée dans la gorge quand on utilise un liquide qui contient de la nicotine.
      Pour justement baisser son taux de nicotine, sans perdre cette effet, du moins, ce liquide ne produit pas vraiment la même sensation, mais chacun ses goûts. Faut essayer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit − trois =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>