Tabagisme passif et cigarette électronique : y a-t-il danger ?

Concours de fumeurs : le comble du tabagisme actif et passif

Concours de fumeurs : le comble du tabagisme actif et passif

Le tabagisme passif se définit comme l’inhalation involontaire de la fumée issue de la combustion du tabac via une cigarette, un cigare ou une pipe (courant secondaire) ou rejetée par un ou plusieurs fumeurs (courant tertiaire). On appelle fumée de tabac ambiante (FTA) inhalée par des individus confrontés au tabagisme passif le mélange de fumée issu du premier et du second courant.
Les effets du tabagisme passif sur la santé ont été mis en avant notamment pour justifier le décret no 2006-1386 du 15 novembre 2006 qui fixe les conditions d’application de l’interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif. Si certaines études montrant les dangers du tabagisme passif ont pu être critiquées lorsqu’elles ont été publiées, il se dégage aujourd’hui un consensus au sein de la communauté scientifique sur le fait que le tabagisme passif est nocif. Cependant, se pose aujourd’hui la question d’un « vapotage passif » (ou E-tabagisme passif) lié à l’utilisation de la cigarette électronique. Certaines compagnies aériennes interdisent l’utilisation de la cigarette électronique sur leur vol pour cette raison (certaines évoquent également un effet sur les détecteurs de fumée mais cette justification est jugée peu crédible).

Rappel de quelques effets du tabagisme passif

Les premières études sur le tabagisme passif datent seulement du milieu des années 1980. Certaines montraient un lien entre tabagisme passif et infarctus du myocarde que d’autres études menées dans les années 2000 semblait confirmer. Cependant, ces études ont été très critiquées dans un premier temps car l’interdiction de fumer dans les lieux publics n’a pas réduit le nombre d’admissions pour infarctus. Mais l’entrée en vigueur du décret d’interdiction de fumer dans les lieux de convivialité a conduit à une nette baisse de ces admissions (-15% en France, -8% dans la ville de New York…).

Un groupe de travail sur le tabagisme passif composé de médecins et de responsables d’organismes de lutte contre le tabac a synthétisé les résultats de plusieurs études sur l’impact sur le foetus et l’enfant : mort subite du nourrisson, bronchites et asthme de l’enfant, infections, otites, impact bucco-dentaires,

Inhalation involontaire de la vapeur de cigarette électronique : le « vapotage » passif présente-il un danger ?

Avec le développement de l’usage de la cigarette électronique se pose la question de l’impact de la vapeur sur les personnes qui l’inhalent involontairement. Indépendamment de la question de santé publique, en terme de gêne, alors que la combustion du tabac dégage une forte odeur généralement jugée désagréable par les non fumeurs, la vapeur de la cigarette électronique n’a quasiment pas d’odeur. Par ailleurs, dans le cadre d’un E-tabagisme passif il n’y a pas de courant secondaire, lequel est responsable dans le cadre du tabagisme passif de 80% de la fumée de tabac ambiante (FTA). Une étude des Docteurs Romagna, Zabarini, Barbiero, Bocchietto, Todeschi, Caravati, Voster et Farsalinos a été présentée en septembre 2012 au meeting de la Society for Research on Nicotine and Tobacco. Les résultats sont particulièrement intéressants. Voici une traduction du protocole expérimental et des principaux résultats.

Protocole expérimental : Une pièce fermée de 60m² a été utilisée pour l’expérience. Deux sessions ont été organisées :la première avec 5 fumeurs et la seconde avec 5 utilisateurs de cigarette électronique. Les deux sessions ont durée 5 heures. Entre les sessions, la pièce a été nettoyée et ventilée pendant 65 heures. Les fumeurs utilisaient des cigarettes contenant 0,6 mg de nicotine alors que les utilisateurs de cigarette électronique utilisait du Eliquide Flavour Art avec un taux de nicotine de 11mg/ml. Les mesures des éléments suivants ont été effectuées dans l’air de la pièce : total de (COT), toluène, xylène, monoxyde de carbone (CO), oxydes d’azote (NOx), nicotine, acroléine, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), glycérine propylène glycol sur l’air de la chambre.

Résultats : Durant la session des fumeurs, 19 cigarettes ont été fumées administrant 11,4 mg de nicotine. Durant la session de cigarette électronique, 1,6 ml de Eliquide a été utilisé, administrant 17,6 mg de nicotine.

Concentration de carbone organique total
Concentration de carbone organique total pour la session de cigarette électronique et de cigarette classique

Pendant la session des fumeurs, les chercheurs ont trouvé les concentrations suivantes : COT=6.66 mg/m3, toluene=1.7 µg/m3, xylene=0.2 µg/m3, CO=11 mg/m3, nicotine=34 µg/m3, acroléine=20 µg/ml et HAP=9.4 µg/m3. Concentration nulle de glycérine, propylene glycol et NOx

Concentration de monoxyde de carbone pour la session de cigarette électronique et de cigarette classique
Concentration de monoxyde de carbone pour la session de cigarette électronique et de cigarette classique

Pendant la session des utilisateurs de cigarette électronique : TOC=0.73 mg/m3 et glycérine=72 µg/m3. Concentration nulle de glycérine, toluène, xylène, CO, NOx, nicotine, acroléine et HAP.

Filtres des deux sessions
A gauche, filtre de la session de la cigarette classique – A droite filtre de la session de la cigarette électronique

Conclusion : Les produits rejetés dans l’environnement et leur concentration sont de loin moins nocifs pour la santé que les cigarettes classiques. La vaporisation à la place de la combustion, l’absence de plusieurs produits chimiques nocifs dans les eliquides et l’absence de courant secondaire pour la Ecigarette expliquent probablement cette différence dans les résultats.

Vous avez trouvé cet article instructif ? Ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

2 réflexions au sujet de « Tabagisme passif et cigarette électronique : y a-t-il danger ? »

  1. Article fort intéressant mais il souffre de défauts de présentation et de synthèse. J’aurais préféré trouver des tableaux présentant ces résultats de façon plus exhaustive, ergonomique et lisible, avec si possible des données sur la toxicité/dangerosité des molécules. Et surtout, je cite : « Pendant la session des utilisateurs de cigarette électronique : TOC=0.73 mg/m3 et GLYCERINE =72 µg/m3. Concentration nulle de GLYCERINE, toluène, xylène, CO, NOx, nicotine, acroléine et HAP. »
    Il semble donc y avoir ici une erreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit − = trois

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>