Arrêter de fumer avec la cigarette électronique : une étude scientifique

La cigarette électronique pour arrêter de fumer

La cigarette électronique pour arrêter de fumer ?

Une question revient souvent dans la bouche des fumeurs qui souhaitent passer à la cigarette électronique : « vais-je arrêter de fumer ? ». On entend parfois les chiffres de 90%, 75% de réussite alors que certains sont beaucoup moins optimistes. S’ils ne sont pas totalement inventés, ces  chiffres reposent bien souvent sur des sondages en ligne dont la valeur scientifique est limitée. Une étude scientifique récente a cherché à établir ce qu’il en était réellement. Les résultats sur le sevrage tabagique sont  encourageants mais il est probable qu’ils seraient bien meilleurs si l’étude portait sur des cigarettes électroniques de dernière génération commercialisées en 2013. Cet article fait le point sur les données disponibles et sur cette étude ainsi que ses limites.

Non la cigarette électronique n’est pas la solution miracle pour arrêter de fumer à coup sûr

Autant que ce soit dit une bonne fois pour toute, la Ecigarette n’est pas la solution infaillible pour arrêter de fumer et il y a certains fumeurs pour qui ça ne marche pas ou pas bien. Les raisons sont multiples :

Certains vapoteurs n'arrivent pas à assumer le regard des autres

Certains vapoteurs n’arrivent pas à assumer le regard des autres

1) Certains n’arrivent pas à passer le cap social d’utiliser cet instrument atypique à cause du regard des autres. Pour ceux qui sont précurseurs à leur travail, parmi leurs amis, leur famille, il peut être difficile de s’afficher avec une Ecigarette d’autant plus s’il s’agit par exemple d’une  Ego Stardust qui ne ressemble pas à une cigarette classique. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains choisissent des modèles qui ressemblent à une cigarette classique à autonomie moins conséquente alors même que leur profil nécessiterait en réalité un modèle plus volumineux (voir ce lien pour plus de détails).

2) Face aux remarques des uns et des autres qui ont soit disant entendu telle ou telle rumeur sur le produit certains utilisateurs peuvent également douter ou ne pas avoir la force d’argumenter. Il est effectivement courant d’entendre qu’on ne sait pas ce qu’il y a dans les produits, qu’il paraît que c’est encore plus dangereux que la cigarette etc… Bien entendu, les lecteurs de ce blog savent bien qu’une étude à partir d’un protocole expérimental s’appuyant sur des cellules des voies respiratoires a montré que la Ecigarette n’était pas cytotoxique dans ce cadre expérimental, ce qui est confirmé par l’étude bibliographique des produits présents dans une ecigarette par le Professeur Molimard. D’autres études scientifiques indiquent unanimement qu’elle est moins nocive que le tabac. C’est d’ailleurs ce qui ressort du rapport remis à la Ministre de la Santé en mai dernier qui préconise que l’accès à la cigarette électronique ne soit pas freiné.

3) Une autre raison est que passer à la cigarette électronique nécessite de modifier son comportement. Accepter de recharger des batteries, de remplir de temps en temps le réservoir de sa Ecigarette en eliquide. En réalité ce n’est pas beaucoup plus contraignant qu’avec les cigarettes classiques que l’on doit passer acheter chez le buraliste, du briquet qu’on ne doit pas oublier etc…

Choisir des cigarettes électroniques de qualité

Choisir des cigarettes électroniques de qualité

4) Ensuite, le matériel et le goût du liquide peuvent jouer un rôle important. D’abord choisir un modèle de cigarette électronique adapté à son profil est primordial. Les cigarettes électroniques jetables sont à proscrire car le rendu est souvent très mauvais et les cartouches pré-remplies souvent avec du liquide chinois dont on ne sait rien. Les cigarettes électroniques avec très peu d’autonomie sont également à éviter pour les gros fumeurs car passer son temps à recharger des batteries peut être pénible à la longue et décourageant. Mais bien entendu, la qualité du matériel est également primordiale. Des Ecigarettes qui cessent de fonctionner, fuient ou ont un goût de brûlé ne sont bien entendu pas propices à l’arrêt du tabac. Le choix du eliquide peut également s’avérer déterminant pour le fumeur. Tous les goûts sont dans la nature et le fumeur doit pouvoir choisir entre suffisamment de goûts différents pour pouvoir trouver son bonheur. Généralement les arômes tabac ne font jamais l’unanimité. Certains sont secs, d’autres plus sucrés mais ne correspondent jamais exactement au goût d’une cigarette de telle ou telle marque malgré les appellations souvent trompeuses de certains fabricants de Eliquide. Il est en effet douteux d’appeler un eliquide MLB ou K-ML et d’utiliser des images évocatrices en rouge et blanche pour l’un et avec un chameau pour l’autre. La marque de tabac concernée attaquera tôt ou tard ces fabricants et surtout le consommateur est clairement floué puisqu’ils sont convaincus de retrouver exactement le goût de leur cigarette ce qui ne sera jamais le cas.

Au final, même si la cigarette électronique est un produit d’avenir pour le fumeur, de l’opinion de tabacologues de renom comme le célèbre Professeur Molimard elle ne peut pas se substituer à l’envie d’arrêter de fumer qui ne peut se faire qu’au prix de quelques efforts plus ou moins important selon les individus.

75% d’arrêt total de la cigarette d’après le sondage en ligne d’un forum

Un sondage en ligne proposé sur le principal forum français consacré à la ecigarette pose la question suivante :


Avez vous arrêté le tabac depuis que vous êtes passé à la cigarette électronique ?

Au 30/07/2013, les 8400 répondants se répartissent ainsi :

- Oui totalement – 73%

- Non, je fume encore mais très occasionnellement (pas tous les jours) – 14%

- Non, je fume encore moins de 5 clopes de tabac / jour – 8%

- Non, je fume encore moins de 10 clopes de tabac / jour – 4%

- Non, pas du tout, je fume autant de tabac qu’avant – 1%

Le résultat semble spectaculaire mais ce sondage ne permet pas pour autant de conclure que la cigarette électronique permet d’arrêter totalement le tabac dans 73% des cas. Il y a un effet un biais de sélection des répondants qui ne constituent bien évidemment pas à un échantillon représentatif de la population des fumeurs. Il s’agit seulement d’internautes qui ont été sur un forum spécialisé, qui s’y sont inscrits  et ont répondu au questionnaire. La taille de l’échantillon importante permet de gagner en précision mais ne résout aucunement les problèmes de biais inhérents à la population particulière des répondants. Il est probable qu’ils étaient plus motivés, mieux conseillés et informés que la moyenne (pour avoir été sur un forum spécialisé, avoir sans doute consulté des discussions sur le sujet ou même posé des questions ),

Les 73% constituent donc plutôt un majorant de la part des fumeurs susceptibles d’arrêter de fumer grâce à la Ecigarette. De plus, on ne sait pas la proportion de personnes qui arrêtent définitivement de consommer de la nicotine qui, même si son pouvoir addictif est très probablement surévalué (voir les travaux du Professeur Molimard et ce lien), semble inquiéter les pouvoirs publics. On ne sait pas non plus la proportion des fumeurs qui arrêtent également de vapoter.

Bref, il reste des questions en suspens…

Une étude scientifique qui permet de trancher mais devrait être reprise avec les cigarettes électroniques de dernière génération

Une étude a été publiée le 24 juin 2013 dans PLoS One pour y voir plus clair sur la cigarette électronique en tant qu’aide au sevrage tabagique. Elle a été réalisée par Caponnetto, Campagna, Cibella, Morjaria, Caruso, Russo et Polosa. Elle s’intitule : Efficacité et sécurité d’une cigarette électronique comme substitut aux cigarettes au tabac: une étude prospective sur 12 mois contrôlée aléatoirement. Elle a été menée sur 300 fumeurs réguliers (au moins 10 cigarettes par jour depuis 5 ans) de la région de Catane (en Italie) qui n’avaient pas l’intention d’arrêter de fumer. Leur profil est le suivant : 18-70 ans, en bonne santé, n’essayant pas et ne voulant pas arrêter de fumer dans les 30 jours.

Ce qu’il faut en retenir est que pour les fumeurs ne souhaitant pas particulièrement arrêter de fumer, l’utilisation de la Ecigarette que ce soit avec ou sans nicotine a permis de diminuer leur consommation de tabac durablement sans effet secondaire observable.

Plus précisément, il y a eu une diminution du tabagisme de 22,3% après 12 semaines d’utilisation et de 10,3% 1 an plus tard. 10,7% des individus ne fumaient plus du tout après 12, ils étaient 8,7% au bout d’un an semaines (4% pour ceux qui ont utilisé des cigarettes électroniques sans nicotine), quelques uns ayant replongé. A signaler que 26, 9% de ceux qui ont arrêté continuaient d’utiliser la cigarette électronique après 12 mois.

Les résultats de l’aide au sevrage des patchs et gomme nicotine reste controversée et des chiffres très divers circulent, voir ce lien.

Docteur Polosa

Le Docteur Polosa, auteur de l’étude sur la capacité de la cigarette électronique à aider à arrêter de fumer

L’étude cite tout de même comme référence  l’étude de Nides, Oncken, Gonzales et al. (2006) “Smoking cessation with varenicline, a selective alpha4-beta2 nicotinic receptor partial agonist: results from a 7-week, randomized, placebo- and bupropion-controlled trial with 1-year follow-up.” qui dans des conditions beaucoup plus avantageuses ont étudié l’arrêt total du tabac grâce à la varenicline (le fameux champix tant décrié). Les auteurs ont mesuré que sur un groupe de fumeurs motivés pour arrêter de fumer qui prenaient 1,0 mg de vareniciline par jour après 1 ans, 14,4% ne fumaient plus contre 4 ,9% sur le groupe témoin qui ne prenait rien.

Ainsi en comparaison les résultats de l’étude sur le pouvoir de sevrage tabagique de la cigarette électronique sont très encourageants. Surtout quand on sait que le modèle utilisé est totalement dépassé aujourd’hui puisque composé de deux batteries de seulement 90 mAh chacune (une ecigarette de type KR808 a une autonomie 280 mAh et la cigarette electronique Ego Stardust a une autonomie d’au moins 650 mAh par exemple). De plus les participants n’avaient le droit qu’à 4 cartouches pré-remplies par jour.

A noter que lors d’une interview, l’un des chercheurs a indiqué avoir constaté au début de l’expérience que le goût des arômes pouvait potentiellement être aussi important que le dosage en nicotine. Or, les liquides sans nicotine utilisés  dans l’expérience avait un mauvais goût d’après lui.

Nous ne pouvons maintenant qu’attendre avec impatience les résultats d’une étude sur les modèles de nouvelle génération.

Vous avez trouvé cet article instructif et vous voulez être prévenus des suivants ? Ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

4 réflexions au sujet de « Arrêter de fumer avec la cigarette électronique : une étude scientifique »

  1. Bonjour,

    cette étude n’est pas significative pour moi… Car pourquoi faire cette étude sur des personnes ne voulant pas arrêter de fumer, qui, dès le départ, se diront peut-être qu’à la fin, ils refumeront quoi qu’il arrive???

    Une étude sur des personnes dont le souhait est d’arrêter totalement serait beaucoup plus significative…

    Je ne vois franchement pas l’intérêt de réaliser une étude sur l’arrêt du tabac avec des personnes ne souhaitant pas arrêter… Que l’étude porte sur la cigarette électronique, les patchs, les gommes ou autres… peu importe…

  2. Pourquoi vous ne donnez pa la marche a suivre ki je pense et bonne.2 semaine avec le to de nicotine de ces cigarettes abituelles et apre dessendre tout les semaines le to nicotine graduelement en ajoutan des goutes de neutre juska un niveau zero de nicotine !croyez moi sa marche !!

  3. Bien au contraire, il est très intéressant de connaitre le % de réussite relatif aux personnes ne désirant pas arrêter de fumer le tabac.
    C’est très encourageant pour ceux qui ont le désir d’en finir avec le tabac.
    Les résultats de cette enquête sont plus que positif.
    N’oublions pas qu’avec la cigarette électronique nous n’arrêtons pas de fumer nous ARRÊTONS LE TABAC, ce qui n’est pas la même chose… peut-être que cet élément est à prendre en compte…
    Fumer est un plaisir, nous conservons ce plaisir, voilà pourquoi ça marche ! ! !

  4. bonjour moi je me suis mis a la clope éléctronique depuis 3 jours et franchement aucun regret
    sa marche dès que j’aurais fini mes e liquides contenant de la nicotine je passe a du neutre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


cinq − = null

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>