Lettre ouverte à une eurodéputée de la Commission ENVI

lettre ouverte eurodéputée Ecigarette

lettre ouverte à Michèle Rivasi – eurodéputée siégant à la Comission ENVI

Suite à la réunion de la Commission ENVI dont la compilation des interventions concernant la cigarette électronique est disponible ici, j’ai écrit une lettre ouverte à l’eurodéputée française Michèle Rivasi qui s’est exprimée sur la législation de la Ecigarette. Il est normal que tous les eurodéputés n’aient pas une vision globale de tous les sujets qu’ils abordent et je ne leur jette pas la pierre. J’espère juste que ces éléments supplémentaires et ceux d’autres utilisateurs de cigarette électronique alimenteront leur réflexion.

La réponse de Michèle Rivasi sera bien évidemment publiée sur ce blog..



Madame,

J’ai suivi avec intérêt la réunion de la commission ENVI du 24 avril dernier sur la réglementation des produits du tabac.  J’ai été interpelé par plusieurs interventions dont la votre concernant la cigarette électronique.

Dans un premier temps vous avez soulevé à mon sens l’un des aspects clé de la cigarette qu’est l’addiction avec un argumentaire que l’on n’entend malheureusement que trop peu souvent. En effet, rares sont les fumeurs qui ne sont pas conscients des dangers sanitaires de la cigarette ce qui explique sans doute pourquoi les images chocs sur les paquets de cigarettes ont peu d’effet sur la baisse du tabagisme. Seulement, lorsque le fumeur veut arrêter de fumer il éprouve les pires difficultés du fait de la combinaison de la nicotine et d’un certain nombre de substances (harmane, norharmane…) que l’on ne peut s’empêcher de penser qu’elles ont été ajoutées par l’industrie du tabac pour créer une dépendance. S’il était possible de limiter certains additifs, bon nombre de fumeurs arrêteraient probablement plus facilement. Pour rappel, Jean-Pol Tassin a mis en évidence que contrairement à l’alcool et d’autres drogues dures, la nicotine seule n’est pas addictive.

Dans un second temps vous avez exprimé le souhait de classer la cigarette électronique comme un médicament qui serait contrôlé et distribué en pharmacie à partir du moment où elle contiendrait de la nicotine. Il me semble par contre que si vous preniez une telle décision vous iriez à l’encontre de l’intérêt général.

La cigarette électronique a été introduite en France il y a plusieurs années. Initialement elle intéressait peu de fumeurs. Les industries pharmaceutiques et du tabac n’y portait pas attention, pas plus que les politiques. Du fait d’interactions avec les utilisateurs de cigarettes électroniques, organisés en communauté, les industriels ont développés des modèles pour s’adapter au mieux à leurs exigences croissantes indispensables pour limiter ou arrêter leur consommation en tabac : plus d’autonomie, un rendu amélioré…Si la cigarette électronique avait été réglementée il aurait certainement fallu attendre très longtemps avant de voir émerger de tels modèles. Le succès de la cigarette électronique s’explique par ces modèles de dernière génération mais aussi par des coûts relativement faibles du fait de la concurrence dans un marché ouvert à tous. Les études scientifiques sur la cigarette électronique indiquent qu’elle est infiniment moins nocive que le tabac . Par ailleurs, une étude récente menée par des chercheurs français conclue qu’il n’y a pas de risque de « E-tabagisme passif ». Et même si aucune étude n’a encore pu mettre en évidence l’aide de la cigarette électronique pour arrêter de fumer, le nombre d’utilisateurs et de témoignages parlent d’eux même. Une pétition en ligne en France compte déjà plus de 14 000 signatures et de nombreux commentaires d’utilisateurs inquiets, sans compter les diverses autres pétitions d’autres pays européens. Réglementer la cigarette électronique pour la cantonner aux pharmacies réduirait considérablement l’offre car obtenir une autorisation de mise sur la marché est extrêmement long et coûteux. Elle augmenterait très certainement son coût et pas forcément sa qualité à cause du monopole de l’industrie pharmaceutique.

La question qu’il faut se poser est : pourquoi réglementer la cigarette électronique ?

Il faut pour cela se recentrer sur le rôle de l’Etat et de l’Europe. Toute intervention doit pouvoir se justifier par une amélioration du bien être général qui ne pourrait pas être obtenue sans cela. L’interdiction de certaines drogues répond à cette logique. Si l’héroïne était autorisée, elle toucherait certainement plus de personnes fragiles et on connaît parfaitement ses conséquences néfastes pour la santé. Du fait de lobbys, l’Etat n’a jamais eu le courage d’interdire la cigarette, ce qui pourtant aurait des conséquences positives pour la société mais aussi pour les finances publiques, les recettes n’étant pas suffisantes pour compenser les dépenses de santé sous jacentes. Il en est de même pour l’alcool. Pourtant ces deux produits sont toujours autorisés alors que leurs effets néfastes sont parfaitement connus depuis des dizaines d’années.

Vous envisagez de réglementer la cigarette électronique car vous supputer que la nicotine serait addictive. Déjà ce n’est pas clair d’après les travaux de Jean-Pol Tassin et il existe bien d’autres substances dont on connaît la dépendance qu’elles créent, caféine et même le sucre (voir étude des rats). Ensuite la nicotine n’est véritablement dangereuse qu’à forte dose…comme beaucoup de produit, l’excès est mauvais pour la santé.

Enfin, pourquoi restreindre considérablement l’accès de la cigarette électronique avec nicotine alors que la cigarette classique qui en contient aussi et qui tue est disponible à tous les coins de rue. En agissant de la sorte, la Commission ENVI réduit considérablement l’accès des fumeurs à une alternative moins dangereuse et dont de nombreux fumeurs se servent pour arrêter complètement de fumer en diminuant progressivement le taux de nicotine. Il serait tout de même incohérent qu’en voulant lutter contre le fléau du tabac les eurodéputés fassent le jeu de la cigarette en rendant moins accessible une alternative jugée infiniment moins nocive par la majorité des scientifiques.

Par soucis de transparence, sachez, que je tiens un blog sur le tabagisme, la sociologie du tabac et la cigarette électronique sur lequel je rendrai public cette lettre ainsi que votre réponse. Par ailleurs je suis également gérant d’une entreprise de distribution de la cigarette électronique. Contrairement à ce qu’a pu affirmer le rapporteur Linda McAvan à la fin de la réunion du 24 avril dernier, le marché de la cigarette électronique n’est pas du tout l’apanage de multinationales. De nombreuses personnes vivent de la cigarette électronique en France. Par ailleurs, les liquides pour cigarette électronique sont loin d’être tous fabriqués en Chine mais également aux Etats-Unis et en Europe. Une usine française de liquide pour cigarette électronique localisée en Moselle emploie par exemple 130 salariés, de même que l’un des leaders mondiaux qui fabriquent des liquides en Italie près de Milan et dont l’usine  a obtenu la norme ISO9001 : 2008 . Les ingrédients des arômes sont tous validés par l’Autorité européenne de sécurité des aliments et ne contiennent pas d’alcool (éthanol), de gluten, de sucre, de protéine, d’organisme génétiquement modifié, d’ingrédient d’origine animal, de diacétyle, d’ambrox, de paraben, de conservateur, d’édulcorant ou colorant. Ces entreprises font tout le nécessaire pour respecter des conditions de fabrications très strictes pour satisfaire  les anciens fumeurs particulièrement exigeants et vigilants sur les produits qu’ils inhalent.

Bien cordialement

Sylvain Filatriau

Blogueur et gérant d’une société de distribution de cigarettes électroniques

Pour plus d’information sur la cigarette électronique et en particulier sur les études scientifiques n’hésitez pas à consulter mon blog et à me poser des questions : http://www.absolut-vapor.com/addiction-tabac/

Comme je l’ai indiqué dans cet article, le député Chris Davies (Royaume Uni) a été particulièrement sensible aux différentes lettres envoyées par les utilisateurs de cigarette électronique. La plupart des eurodéputés semblent prendre position sur une médicalisation de la cigarette électronique par principe de précaution dans le but d’éviter un scandale sanitaire. Seulement, c’est peut être en légiférant trop sévèrement qu’un scandale sanitaire pourrait à terme éclater pour ne pas avoir mis suffisamment à disposition des fumeurs une méthode alternative unanimement jugée comme moins nocive – voir le blog de Jean-Yves Nau. Pour rappel, le groupe de travail est prévu le 07 mai 2013. Les intervenants et l’ordre du jour sont disponibles ici.

Vous avez trouvé cet article instructif ? Ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo absolutvapor

Une réflexion au sujet de « Lettre ouverte à une eurodéputée de la Commission ENVI »

  1. bonsoir, louable tentative , mais a mon avis si l Europe cherche a légiférer ça n’est qu’une question de gros sous, encore une fois, car comme vous l’écrivez, le Tabac est déjà en vente libre mais la E-cigarette ne doit pas être assez chère pour certaines personnes et l’état na pas intérêt a voir cette « mode » ce généraliser; la perte des sommes récoltés avec les taxes sur le tabac serais trop dure a avaler et surtout des dessous de tables des fabricant … De plus, le lobby pharmaceutique encore plus puissant salive déjà de pouvoir rendre service aux fabricant de tabac et aux états en régulant la l’anarchique propagation de cette pratique antisociale qu’est le vapotage, tout en faisant un gros profit en augmentant drastiquement les prix. Les média commence déjà la propagande de l’etat et diabolise la vapote a tout va ( vu a la télé hier , QUE DES Bêtises ^^ et je pèse mes mots :p ) Toujours le pot de fer contre le pots de terres vous petit commerçant ne ferez pas le poids et nous en feront tous les frais …

    Ses gens me dégoûtent vraiment car sur ce simple sujet ils trouvent encore le moyen de nous enflé et certaine personne doivent déjà ce frotter les mains des futur rémunérations secrètes qu’ils vont encaisser … Ra le bol de ses gens qui ne cherche plus a améliorer la société mais sans cesse a la contrôler .Quand comprendront nous qu’ils ne sont pas nos dirigeant mais seulement les gestionnaires de nos biens !!! ni plus ni moins que nos employés …. dsl pour la propagande d’extrême gauche mais j’enrage qu’ils viennent nous prendre la tête la dessus alors que la clope est em vente libre et TUE bordel !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre + trois =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>