La réglementation de la cigarette électronique par l’UE reposent sur de l’idéologie, pas de la science

 

Le Docteur Farsalinos décrypte l'importance des arômes de liquide pour cigarette électronique

Le Docteur Farsalinos critique un texte idéologique sans fondement scientifique

Ce sont les mots du Docteur Farsalinos, l’un des chercheurs les plus actifs sur la cigarette électronique qui vient d’écrire un billet sur le blog saveecigs pour donner sa position sur le texte qui a été élaboré au sujet de la réglementation de la cigarette électronique au niveau européen. Elle fait en partie écho à celle de Clive Bates. Je partage son opinion, et c’est d’ailleurs ce que j’avais signalé dans mon billet sur l’intégralité du fameux article 18 sur la Cigarette Electronique. Le texte ressemble à un Frankenstein sans réel fil directeur, sans réelle vision de la cigarette électronique et de la lutte contre le tabagisme. Le groupe de travail entre « experts » au moment de l’étape de rédaction du texte par la Commission Envi avait été une vaste mascarade dont on voit les effets aujourd’hui. Car au delà des restrictions et des contrôles du texte, qui sont pour certains très problématiques, mais difficile à analyser, il y a finalement peut être plus grave. La trame de cet article 18 pose la cigarette électronique comme un objet potentiellement dangereux pour la population, par son potentiel risque d’initiation au tabagisme notamment. Or tout cela est purement idéologique puisque les études scientifiques montrent justement le contraire.

L’article est disponible ici en anglais.

En voici une traduction :

Il est regrettable pour un scientifique de voir comment la politique fonctionne et comment les décisions sont prises. Pour les questions de santé publique  et plus particulièrement pour la question très sensible du tabagisme, on pourrait s’attendre à ce que le bon sens et les faits scientifiques prévalent. Au lieu de cela, nous assistons à des décisions prises sur la base de préoccupations théoriques, tactiques, alarmistes et à de l’intimidation.

La réglementation de la cigarette électronique en cours de validation semble être un exemple caractéristique de placer la théorie au dessus des preuves matérielles. Certains ont fait des efforts impressionnants pour présenter de façon erronée la science, désinformer les régulateurs et la société en faussant les résultats d’études scientifiques et éventuellement tuer un produit qui va probablement révolutionner la réduction des méfaits du tabac. Nous sommes avons récemment été submergés par des histoires visant à diaboliser la nicotine. Soudainement, après tant d’années de recherches et de preuves solides à partir d’études sur des individus, nous voyons apparaître dans les médias de nouveaux débats sur la nicotine qui provoquerait des cancers et des maladies cardiaques. Nous voyons les journalistes qui tentent d’interpréter les études sur des cellules, alors qu’en réalité je doute qu’ils comprennent un seul mot de ce qu’ils lisent. De toute évidence, ils ne devraient pas être les seuls à blâmer; ce sont les scientifiques qui donnent l’information aux médias et qui recherche de la publicité. Il en résulte une déformation absolue de la vérité. Il est choquant de voir quelqu’un soutenir qu’une étude sur des cellules est assez bonne pour rejeter toutes les preuves solides à partir d’études sur les individus,  lesquelles montrent que la nicotine ne provoque pas de maladie cardiaque ou de cancer.

Cependant, il y a d’autres questions soulevées par de telles stratégies. Tout d’abord, pourquoi toutes les études sur la nicotine ciblent les e-cigarettes ? Les substituts nicotiniques ont aussi de la nicotine ? Pourquoi n’entend-on jamais quelqu’un se poser des questions sur la nicotine contenue dans ces substituts ? Et bien, sans doute parce que les e-cigarettes sont un sujet brûlant. Cependant, il y a quelques années, des études montrant que la nicotine était nocive étaient fermement contestées par des groupes scientifiques ( telles que Cancer Research UK) , en déclarant que : « L’interprétation est hautement spéculative et contredite par des preuves que des millions de personnes ont eu recours à des substituts nicotiniques sans aucun risque accru de cancer de la bouche ou autre. Si les rapports de ce genre empêchent les gens d’utiliser, ce qui pour beaucoup serait un médicament salvateur, ce serait très regrettable  » Ils ont tout à fait raison, mais la même déclaration devrait être faite aujourd’hui pour la cigarette électronique.

Toute cette publicité intimidante n’a qu’un seul résultat : elle nuit à la santé des fumeurs en les décourageant d’utiliser une alternative moins nocive comme les cigarettes électroniques et elle nuit à la santé des vapoteurs dont certains ont rechuté vers la cigarette après avoir entendu toutes ces fausses informations.

Pour en revenir aux décisions réglementaires, il est sans précédent qu’un produit soit réglementé sur la base de préoccupations théoriques, en particulier lorsque de telles préoccupations sont tout à fait contraire à toutes les données disponibles. C’est une grande «victoire» des partisans de la lutte contre le tabac ( qui, en réalité, sont devenus des anti- fumeurs) que l’ordre du jour ne soit pas au preuves mais aux théories ; théories sur la normalisation, les théories sur l’utilisation par les jeunes, les théories sur les effets sur la santé. Toutes les études scientifiques montrent exactement le contraire de ce qu’ils soutiennent, mais aucun ne s’en soucie. La théorie est plus importante que la preuve. Nous sommes arrivés à un point où un professeur soutient que «nous assistons au début d’une nouvelle phase de l’épidémie de la nicotine et une nouvelle voie à la dépendance à la nicotine pour les enfants», tandis que dans le même temps sa propre étude mentionne que «les étudiants qui avaient fumé tous les jours dans les 30 derniers jours avaient le plus haut taux d’utilisation de ecigarette au moment de l’enquête  ( 50,8 % ), comparativement à 6 % chez ceux qui ne fumaient pas des cigarettes ( p < 0,001 ). ».

Comment doit -on appeler cela? De la science? Il est vraiment triste que les scientifiques soient tellement irrespectueux des fumeurs et de leur besoin de trouver une échappatoire au tabac. Ils croient qu’ils devraient être punis d’avoir commencé à fumer et pour l’incapacité de la médecine à développer un médicament efficace pour les aider à arrêter de fumer. C’est une voie dangereuse qui doit être condamnée.

Les régulateurs devraient rester à l’écart de toute stratégie propagandiste. Ils doivent être correctement informés et doivent fonder leurs décisions sur des faits, pas sur des théories. La régulation basée sur autre chose que des preuves est une porte ouverte qui aura de graves conséquences et va certainement nuire à la santé publique.

Vous avez trouvé cet article instructif et vous voulez être prévenus des suivants ? Ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

4 réflexions au sujet de « La réglementation de la cigarette électronique par l’UE reposent sur de l’idéologie, pas de la science »

  1. Hier soir j’étais dans un restaurant au Luxembourg, j’ai vapoté à table
    Il y a deux semaine j’étais dans une pizzeria à Paris près des Champs
    j’ ai vapoté à table tout en prévenant mes voisines inconnues préalablement

  2. Bonjour,
    Je cite : “… un professeur soutient que «nous assistons au début d’une nouvelle phase de l’épidémie de la nicotine et une nouvelle voie à la dépendance à la nicotine pour les enfants»,…

    … preuve, s’il en était encore besoin, qu’on peut être “professeur” et un crétin à la fois !

    L’érudit professeur peut-il nous dire combien de ces enfants qui seraient “encouragés” à l’addiction à la nicotine en vapotant n’auraient pas cédé au tabagisme ?
    Si l’usage des substituts présente de moindres dangers que le tabac, l’attention doit quand même être attirée sur la condition “d’esclave dépendant” que crée l’absorption de nicotine.
    Des campagne phénoménales sont menées pour prévenir des dangers du tabagisme (qui découragent très peu les fumeurs dont je fais partie)
    Cela n’intéresse pas les enfants de faire quelque chose qui n’est pas “dangereux” et qui n’est pas “interdit” !

    Au lieu d’interdire, pourquoi ne pas mener de telles campagnes pour prévenir des dangers de l’addiction à la nicotine (nettement moindre que ceux du tabac, si ce n’est cette condition “d’esclave dépendant”) ?…
    L’érudit professeur peut-il nous dire pourquoi les enfants seraient plus sensibles aux campagnes contre les dangers du tabagisme qu’à celles qui seraient menées pour informer de ceux (nettement moindre je le répète) que procure l’addiction à la nicotine absorbée par substituts ?… Peut-il nous dire combien de ces enfants, fumeurs potentiels, s’ils se voyaient interdire le vapotage, ne céderaient pas non plus au tabagisme ?

    Pour ceux qui sont déjà tombés dans le piège, n’y a qu’une alternative aux dangers les plus graves du tabagisme :
    – Soit on tente de s’affranchir de la nicotine et on ne fume plus (l’intervention de la “volonté” étant dans ce cas source de souffrance due au manque… et cause très fréquente de renoncement et de rechute).
    – Soit on accepte de rester esclave de la nicotine et on utilise un substitut.
    L’e-cigarette en est un parmi d’autres, et probablement le plus efficace, car il nécessite beaucoup moins que d’autres l’intervention de la “volonté” parce qu’il perpétue partiellement les habitudes tabagiques liées à la cigarette de tabac).

    Il existe également beaucoup d’autres “méthodes”, qui prétendent éradiquer la toxicomanie à la nicotine tabagique, sans la souffrance du sevrage, sans risque de rechute…
    Ces “méthodes” sont le plus souvent des “créneaux” de marchés inspirées par le mercantilisme et l’abus de la faiblesse, de la peur et de l’état de culpabilité que connaissent, sans la moindre exception, tous les fumeurs dotés d’une intelligence normale…
    Mais il n’existe aucune statistique sérieuse pour attester de la réalité de l’efficacité de ces “méthodes” (à part quelques cas isolés, qui se croient légions, et qui se font, en toute bonne foi, les véhicules publicitaires de ces “méthodes »… de classiques « convertis » qui, comme souvent en cas de « conversion » se livrent au prosélytisme de dogmes sans en avoir conscience).

    Alors, pourquoi s’acharner contre une méthode de substitution qui peut sauver des millions de personnes… épargner leurs économies et celle des caisses d’assurances maladies, quand il suffirait de continuer les recherches sur l’efficacité et l’innocuité de cette méthode ?… Est-ce que ce n’est pas là la définition même d’un lobby qui se défend en voyant son fonds de commerce menacé ?

  3. les anti- cigarettes électronique ou tout autres substituts , forment un mur presque infranchissable , pourquoi? ;parceque ; les acquis de leur business s’en trouvent effondrer ….. sont t’ils alarmés pour notre sante ?!.. j’en doute fortement.

    il y a 2 mois , je fumais 20 cigarettes par jour , et depuis le remplacement de ce poison par la c.e , je n’est plus touché aucune cigarettes , je ressent ma santé s’améliorée , mes sens , perdus depuis tant d’années , reprennent .
    la c.e et peut être un substitut , mais c’est le seul sevrage que j’ai trouvé de plus efficace…….

    • J’ai 72ans,je fumais depuis 50 ans et depuis 4 mois,plus une clope, je vapote……Je n’avais plus envie d’arrêter de fumer parce que j’avais un très mauvais souvenir d’essais précédents :nervosité,état dépressif etc…..J’ai commencé avec 20 mg de nicotine,j’en suis à 12…..je ne tousse plus et je suis abasourdi de la facilté avec laquelle j’ai fait ce passage!
      Alors,tous ces professeurs soit qui n’ont jammais fumé,soit qui ont arrêté au prix de véritables souffrances, sont incompétents:moi,j’ai l’expérience et mes poumons le savent…,ils ne mentent pas eux!..La nicotine,(introduite comme médicament)c’est pas bien dangereux…et j’ai beaucoup de plaisir à vapoter,comme à boire un verre d’ailleurs!
      A mon age,on sait que ce qui me reste est court,alors bien vivre,profiter des plaisirs…sinon,à quoi sert la vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre + deux =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>