Hausse du prix de la cigarette, quel impact sur le tabagisme ?

Au 1er octobre le prix d’un paquet de cigarettes augmentera de 40 centimes d’euros soit de près de 6%.  Cette hausse fait suite à une politique de taxation du tabac entamée depuis de nombreuses années. Le prix du tabac a été multiplié par 5 depuis le début des années 1990.

Dans l’esprit de bon nombre de fumeurs, si le gouvernement a décidé d’augmenter le prix du tabac, c’est avant tout pour renflouer les caisses de l’Etat en ces temps de crise. C’est fort probable, même si dans le passé les hausses successives semblent décorrélées de la situation économique du pays.

Evolution du prix du tabac en France - Insee

Evolution du prix du tabac (base 100 – 1998) – Source Insee
Une rentrée directe d’argent pour l’Etat ?

Quoiqu’il en soit, d’après la courbe de Laffer, une taxation d’un bien de consommation peut conduire à une baisse des recettes si le taux (est trop important et qu’il dissuade les consommateurs de le consommer. Il faut trouver un taux qui soit optimal.

Courbe de Laffer – Source wikipedia
Indication de lecture : le taux de taxation optimal t* permet à l’Etat de collecter une taxe total Tmax. Si le taux est trop important (t3), l’assiette de taxation peut diminuer pour atteindre T1 du fait de moins de consommateurs ou de contrebande.
Mais voilà, si ce raisonnement est valable pour les pommes qui peuvent être substituées par des poires, ce n’est pas aussi simple avec un bien de consommation comme la tabac qui créée une dépendance difficile à remplacer. Bon nombre de fumeurs préfèreront se passer d’autres bien de consommation que de diminuer le nombre de cigarettes fumées. Sous ses conditions, le taux de taxation optimal n’est peut être pas encore atteint malgré les fortes hausses de ces dernières années.
Mais voilà, ce raisonnement ne fonctionne que dans un marché fermé. Or le prix du tabac n’est pas le même dans les pays limitrophes. La contrebande pourrait donc augmenter avec la hausse des taxes en France d’où potentiellement une baisse des recettes si elle devenait massive.
Une diminution du tabagisme ?

Une hausse du prix du tabac pourrait inciter des individus à arrêter de fumer, et surtout à ne pas commencer. C’est ce que suggère par exemple une étude sur la France de l’Insee de 1997 http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ip551.pdf mais on peut également citer cette étude plus récente (2005) sur données européennes qui arrive à des conclusions relativement similaires http://tobaccocontrol.bmj.com/content/15/2/114.short.
C’est l’argument un du gouvernement pour justifier les hausses du prix du tabac. Les conséquences en termes sanitaires seraient alors positives et conduiraient à des économies sur long terme du fait des diminutions des dépenses de santé de cette population. Dès lors, si l’Etat est en mesure de limiter la contrebande de cigarettes, le résultat budgétaire serait nécessairement positif.
Et la cigarette électronique dans tout ça ?
Depuis quelques années la cigarette électronique s’est considérablement développée et est devenu une alternative crédible à la consommation de tabac. Bon nombre de fumeurs sont heureux de pouvoir conserver le geste qui agit presque tout autant sur leur mental que les substances présentes dans la cigarette, en particulier la nicotine.
La cigarette électronique coûte déjà nettement moins chère que le tabac. L’augmentation du 1er octobre 2012, augmentera encore plus l’avantage pécuniaire de la consommation de la cigarette électronique par rapport à celle du tabac.

Vous avez trouvé cet article instructif ? Ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept + six =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>