Do-It-Yourself ou l’art de fabriquer son E-liquide

Do It Yourself : ou comment fabriquer son e-liquide de cigarette électronique maison

Do It Yourself : ou comment fabriquer son e-liquide de cigarette électronique maison

Le Do-It-Yourself (DIY) ou Fais-Le-Toi-Même est de plus en plus en vogue dans le monde de la cigarette électronique.En effet, la possibilité de pouvoir fabriquer son propre e-liquide à partir d’une base avec ou sans nicotine de propylène glycol ou de glycérine végétale fait de plus en plus d’adeptes chez les vapoteurs. Sur le papier, ce n’est pas si compliqué et c’est potentiellement plus économique que d’acheter du e-liquide prêt à l’emploi. Petite présentation de ce phénomène dans le monde de la vapote, de ses avantages et de ses inconvénients.

Le Do-It-Yourself un phénomène de société ?

Sans se restreindre au monde de la vapote, le Do-It-Yourself a pris de l’ampleur suite aux scandales sanitaires qui ont émaillé ces 20 dernières années mais également depuis la crise économique de 2008. Mais en réalité, avant l’industrialisation massive du début du siècle et la mondialisation c’était une nécessité. Souvenez-vous des pulls tricotés par vos grand-mère, de la table et du tabouret  fabriqués par tel ou tel aïeul ! Culinairement, c’était pareil, dans certaines familles on achetait jamais ni confiture, ni compote, ni yaourt ! On était adepte du fait maison. Mais par manque de temps, par paresse aussi, on s’est tourné vers des produits industriels devenus plus abordables.

Mais certains français sont de plus en plus méfiants envers l’industrie agro-alimentaire (crise de la vache folle, affaire des lasagnes au cheval, pesticides…). En sélectionnant la matière première, ils sont quasiment sûrs de ne pas ingérer d’additifs, de sel en trop grosse quantité ou trop de sucre. On a ainsi vu les ventes de certains appareils décoller comme les machines à pain (particulièrement utile pour les personnes qui font un régime sans gluten), les yaourtières ou encore les sorbetières. Ok, ça prend plus de temps que d’acheter le produit dans une boutique mais on peut personnaliser à l’infini ce que l’on va manger et puis si on utilise assez souvent le matériel acheté et si on ne fait pas trop de raté dans ses préparation au final c’est moins cher et ça permet donc d’économiser de l’argent.

Comment fabriquer son propre e-liquide

C’est relativement simple. Pour cela disposer d’un peu de produits et de matériel :

  • acheter une ou des bases de propylène glycol et/ou glycérine végétale avec ou sans nicotine. Personnellement, je conseille ‘acheter une base avec 50% de propylène glycol et 40% de glycérine végétale. Je trouve que c’est le meilleur compromis entre production de vapeur, véhicule des arôme et fluidité du liquide.
  • acheter des arômes. Je vous déconseille d’essayer de fabriquer vos propres arômes en faisant des infusions de menthe ou de tabac dans la base par exemple, ou de prendre des huiles essentielles, de l’alcool etc…C’est potentiellement dangereux. Je vous renvois pour cela à une étude du Docteur Farsalinos qui a montré que du e-liquide fabriqué à partir de macérat de tabac était cytotoxique. Il est plus prudent de s’appuyer sur des arômes alimentaires dont la fabrication est maitrisé Attention aussi à ne pas acheter n’importe quel arôme. Certains peuvent contenir du diacétyle qui ne pose pas de problème s’ils sont ingérés mais par contre sont nocifs en cas d’inhalation. Le mieux est donc de sélectionner des arômes alimentaires de fabricants d’arômes qui connaissent parfaitement le monde de la cigarette électronique comme Flavour Art. Les arômes de Flavour Art pour DIY sont très nombreux (plus de 80) uniquement constitués d’ingrédients validés par l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments). Ils ne contiennent notamment pas de sucre, de gluten, d’alcool (éthanol) , de protéine, d’organisme génétiquement modifié, d’ingrédient d’origine animal, de diacétyle, d’ambrox, de paraben, de conservateur, de colorant ou d’édulcorant.
  • acheter une seringue pour doser le mélange
  • acheter le nécessaire pour noter les proportions de votre préparation : ce serait dommage d’inventer un e-liquide exceptionnellement bon et d’être incapable de pouvoir reproduire sa fabrication
  • la réglementation sur les produits nicotinés m’oblige à vous indiquer d’acheter également des gants et des lunettes de protection en cas de contact de la nicotine avec la peau qui est potentiellement nocif. Pour être complet, sur ce point, je vous indique tout de même que d’après des scientifiques qui se sont exprimés lors de colloques du salon international de la cigarette électronique de Bordeaux, ces avertissements au sujet de la nicotine seraient excessifs. Sans pour autant remettre en question le fait que la nicotine n’est pas un composé anodin, un scientifique indiquait qu’avec un dosage de 18 mg/ml, le vapoteur ne risquait pas grand chose en cas de contact avec la peau et qu’il suffisait de se laver la peau. Quoiqu’il en soit restez prudents, notamment avec des enfants !
  • acheter des flacons ou utiliser des flacons déjà utilisés et vides que vous aurez au préalable lavés. Ils doivent disposer d’une sécurité enfant pour éviter les accidents. Vous les remplirez avec votre mélange à l’aide d’une seringue.

Ensuite, c’est très simple, il suffit de mélanger les bases entre elles pour modifier la composition de propylène glycol et glycérine végétale et le taux de nicotine. Par exemple, vous voulez fabriquer un e-liquide à 12 mg/ml de à partir d’une base nicotinée à 18 mg/ml et d’une base sans nicotine. Il suffit d’ajouter à un volume de base à 18 mg/ml, un demi volume de base sans nicotine.

Vous pouvez ajouter à votre base les arômes de e-liquide que vous souhaitez. Que ce soit votre arôme préféré en liquide prêt à l’emploi ou encore un mélange d’arôme. Tout est permis. Vous pouvez laisser libre cours à votre créativité.Je vous conseille de commencer par 5% d’arôme dans votre mélange pour commencer et augmenter si vous ne trouvez que ce n’est pas assez fort ou diluer dans le cas contraire.

Fabriquer son e-liquide maison : avantages et inconvénients

Les avantages du Do-It-Yourself sont évidents : la possibilité de fabriquer le e-liquide dont on rêve avec les arômes dosés exactement comme on le souhaite, avec un taux de nicotine que l’on peut adapter à l’envie en fonction de ses besoins du moment. Cela peut être particulièrement utile si l’on souhaite diminuer très progressivement le taux de nicotine de son e-liquide. Avec toute la panoplie d’arômes disponibles (plus de 80 pour Flavour Art) on trouvera forcément une formule qui conviendra même aux plus exigeants. Autre avantage, s’il n’y a pas trop de ratés avec des mélanges (je conseille d’essayer ses expérimentations sur de petits volumes) fabriquer son e-liquide n’est pas cher et on économise encore plus qu’avec du e-liquide prêt à l’emploi.

Les inconvénients sont d’une part que cela prend du temps et qu’il faut être très minutieux et rigoureux pour bien noter tous ses essais au risque d’être frustré de ne pas retrouver les proportions d’un e-liquide qu’on aura adoré. Par ailleurs, il est clair que le vapoteur qui s’adonne à la préparation de e-liquide ne pourra pas obtenir un résultat constant car il travaille sur de trop petites quantités. Pour donner un exemple, Flavour Art travaille sur plusieurs dizaines de litres pour fabriquer son e-liquide prêt à l’emploi. Cela permet un dosage extrêmement précis. En plus de cela le fabricant s’appuie sur un équipement à la pointe dont un robot qui dose automatiquement les arômes mais également des cuves avec mélangeurs qui vont être actionnés pendant environ 10 minutes et laisser reposer un temps bien précis pour que certaines réactions bien connus dans le domaine de l’agro-alimentaire puisse sublimer le e-liquide (estérification, oxydation hydrolise…). Le vapoteur ne disposant pas d’un matériel professionnel n’obtiendra donc jamais le résultats des ingénieurs aromaticiens et le goût du e-liquide prêt à l’emploi.

Vous avez trouvé cet article instructif et vous voulez être prévenus des suivants ? Ajoutez nous dans vos cercles Google+ et devenez fan de notre page Facebook en cliquant sur les logos à gauche de l’écran.

Sylvain Filatriau

3 réflexions au sujet de « Do-It-Yourself ou l’art de fabriquer son E-liquide »

  1. Oui le gros avantage c’est le prix, un mélange 70/30 PG/VG à 6 mg, ça vaut moins de 30 € pour 1 litre et ça vous fait plus ou moins l’année. Faut ajouter à cela les arômes, mais au pire on doublera seulement la facture.
    On trouve facilement des recettes déjà éprouvées sur le net, avec tout ce qu’il faut pour ne pas les rater. On trouve même comment copier plus ou moins bien nos saveurs favoris de chez halo et cie.
    Le tabac menthe que je vapote, c’est celui qui me plait le plus effectivement, c’est le mien à moi que j’ai fait :-)

    • Effectivement c’est bien la meilleure des solution, dommage que certains commerçants ne proposent pas le choix pour le taux de nicotine…on finit un jour ou l’autre par aller se fournir ailleurs.

  2. Enfin !!! Merci sylvain pour cette initiative, je vais pouvoir continuer mes tests avec d’autres saveurs et puis je sais qu’en 2 jours tout est là.

Répondre à rv Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − = six

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>