Apprendre à bien vaper pour optimiser ses chances de dépasser sa dépendance tabagique

Une écrasante majorité des personnes utilisant la cigarette électronique le font dans l’espoir de diminuer ou d’arrêter sa dépendance au tabac. Mais, selon des études récentes, les chances de réussite au sevrage tabagique sont différentes selon que l’on sache vapoter en fonction de ses besoins en nicotine, ou non.

Le Dr Farsalinos vient de rendre public une étude très intéressante (datant de fin 2013), qui démontre l’importance d’apprendre à bien vaper (par la fréquence et le taux de nicotine), pour optimiser ses chances de réduire sa dépendance au tabac.

Une étude qui cherche à démontrer l’importance de bien vaper, pour diminuer sa dépendance au tabac

Dr Farsalinos

Dr Farsalinos

Le principe de l’étude? Demander à des sujets testés, divisés en 2 groupes (des vapoteurs expérimentés, et des fumeurs n’ayant jamais vapoté) de prendre 10 bouffées en 5 minutes, puis ensuite de vaper comme il le souhaitaient durant 1 heure, sans limitation ni contrainte minimale ou maximale, avec un e-liquide MaxxBlend (FlavourArt) en 18mg/ml, un e-liquide aux notes de pain d’épice, au goût satisfaisant généralement les vapoteurs.  Puis, à intervalles réguliers, une prise de sang.

La conclusion de cette étude démontre que les néophytes ont des niveaux significativement plus faibles de nicotine dans le sang, en comparaison des utilisateurs expérimentés. Ceci est dû à des temps de bouffée plus courts, et peut-être, à une inhalation moins profonde.
Aussi, après 5 minutes de vapotage, les deux groupes étudiés avaient un taux de nicotine dans le sang bien plus faible qu’avec une cigarette traditionnelle. Ce qui est un résultat somme toute logique, car il faudrait un e-liquide avec taux de nicotine à environ 50mg/ml, à nicotinémie égale, pour qu’une e-cigarette équivaille à une cigarette traditionnelle, ce qui est bien supérieur à l’e-liquide test de 18mg/ml (les normes européennes allant bientôt imposer une limite à 20mg/ml sur l’ensemble de notre continent).

Autre enseignement important de cette étude: les néophytes obtiennent initialement moins de nicotine dans le sang par l’e-cigarette, en comparaison des vapoteurs expérimentés.
Cela devrait donc inciter les fumeurs et néophytes de la vape à être correctement informés qu’ils ne pourraient pas obtenir assez de nicotine le temps de l’initiation à la cigarette électronique, et que, par conséquent, ils doivent adapter leurs modes d’utilisation. Cela revient notamment à préconiser aux vendeurs-conseillers, et aux boutiques de site Internet, d’insister sur ces points auprès de toutes les personnes passant à la cigarette électronique. Car la satisfaction et le plaisir initial de la vape pour les fumeurs sont directement liés à l’absorption de nicotine. Et peuvent donc influencer grandement sur la continuité ou l’arrêt de l’utilisation d’une cigarette électronique.

K. Farsalinos, dans son étude datant de fin 2013, rappelle aussi que ses tests ont été effectués avec du matériel aujourd’hui plutôt obsolète (une EVIC de JoyTech), et qu’il espère que les futurs modèles de vaporisateurs personnels diffuseront de la nicotine à un rythme plus rapide et donc plus acceptable, pour satisfaire plus facilement le sevrage nicotinique des fumeurs ou anciens fumeurs.

 

 

Vous pouvez retrouver en version originale l’étude publiée par l’équipe grecque du Dr Farsalinos (en PDF, anglais, 490 Ko). Ou ci-dessous, en français, l’étude traduite du Dr Farsalinos.

_________________________________________________

Traduction de l’étude de K.Farsalinos

Les cigarettes électroniques sont des dispositifs de délivrance de la nicotine qui sont proposés comme des produits de réduction des méfaits du tabac aux fumeurs. La délivrance de la nicotine dans les cigarettes électroniques est potentiellement importante dans leur efficacité en tant que substitut au tabac. Ici, la délivrance de nicotine a été effectuée avec une cigarette électronique de nouvelle génération (à puissance variable, fixé à 9W), et elle a été évaluée en comparant des vapoteurs expérimentés avec des fumeurs vapoteurs néophytes [appelés dans tout le reste de cette traduction ‘néophytes’]). 24 vapoteurs et 23 fumeurs ont participé à l’étude. Ils ont été invités à faire 10 bouffées en cinq minutes, et ensuite d’utiliser autant qu’ils le souhaitent la cigarette électronique durant 60 minutes (durée totale d’utilisation: 65 minutes). Un e-liquide à 18 mg/ml a été utilisé. Des échantillons de sang ont été prélevés à l’origine du test, à 5 minutes et toutes les 15 minutes par la suite, et le nombre de bouffées et la durée de bouffée moyenne ont été enregistrées. Bien qu’au départ les deux groupes avaient des niveaux de nicotine dans le plasma semblables, les néophytes étaient régulièrement exposés à tous les niveaux de nicotine inférieurs dans la périodes de temps; à 5 minutes les niveaux étaient inférieurs de 46%, tandis que pendant la période suivante, ils ont diminué de 43% (à 65 minutes) à 54% (à 20 minutes). Les deux groupes ont pris le même nombre de bouffées, mais les néophytes ont généralement eu un temps de bouffée de 2,3 s, contre 3,5 s chez les expérimentés. Même chez les vapoteurs expérimentés, les niveaux de nicotine dans le plasma sanguin, après cinq minutes, étaient inférieurs à ceux observés après avoir fumé une cigarette de tabac.

Les cigarettes électroniques ont été introduites sur le marché au cours des dernières années comme une alternative à la cigarette, et une partie de la réduction des méfaits du tabac. La connaissance et l’utilisation de ces produits est en croissance exponentielle.
Leur popularité peut être attribuée au fait qu’ils traitent à la fois avec le produit chimique, grâce à la livraison de la nicotine, et à la partie psycho-comportementale de l’addiction à la fumée de tabac.
Cependant, le potentiel des cigarettes électroniques pour fournir de la nicotine à l’utilisateur n’a pas été correctement évalué. Des études initiales ont montré l’absorption de nicotine minimale; cependant, les chercheurs ont sélectionné des fumeurs sans aucune expérience avec l’utilisation d’une cigarette électronique, tandis que les dispositifs utilisés dans le test sont actuellement considérés comme obsolètes. L’étude a sélectionnés des utilisateurs expérimentés (communément appelés « vapoteurs » [et ci-dessous « expérimentés »]) et ont montré que des quantités substantielles de la nicotine peuvent être absorbées. L’apport de nicotine peut également être influencée par le type de dispositif de cigarette électronique utilisée, avec une étude récente montrant que les appareils de nouvelle génération, offrant une puissance élevée à l’atomiseur pour la production de vapeur, peuvent fournir de la nicotine plus rapidement et plus efficacement. Il a été démontré qu’il existe une différence substantielle dans les différents modèles de vapotage entre utilisateurs expérimentés et utilisateurs néophytes de cigarette électronique. Les fumeurs utilisent pour l’inhalation d’une cigarette qui est déjà en feu, tandis que l’utilisation d’une cigarette électronique est associée à la production de vapeur seulement au moment de l’activation. Cela peut provoquer un retard substantiel entre l’activation et la production d’une quantité suffisante de vapeur; et les utilisateurs expérimentés compensent en activant leur cigarette électronique pour une plus longue durée, en prenant plus de bouffées.
En outre, tandis que les fumeurs peuvent s’administrer des bouffées plus dures (c’est à dire qu’ils peuvent élever le volume de chaque bouffée, ce qui permettra d’accélérer le processus de sevrage, et de produire plus de fumée sans augmenter la durée de bouffée), un tel motif n’a aucun effet sur la production de vapeur de cigarette électronique. Par conséquent, il est prévu que les différents modes d’utilisation donneront lieu à la pharmacocinétique de la nicotine. Le but de cette étude était d’évaluer le potentiel de livraison de la nicotine d’une cigarette électronique de nouvelle génération dans un groupe de fumeurs avec aucune expérience dans l’utilisation d’une cigarette électronique par rapport à un groupe de vapoteurs expérimentés, et d’examiner l’association entre l’absorption de la nicotine et de la topographie des bouffées.

farsalinos-fig-0-2015

Figure 1. Chronologie de l’étude.
0: base de la mesure, après 8 heures sans fumer ni vapoter ni manger.
5, 20, 35, 50, 65 : prises de sang.
10 bouffées les 5 premières minutes; puis utilisation à souhait de la cigarette électronique

Méthodes
Participants à l’étude

Des volontaires, vapoteurs expérimentés et des fumeurs totalement néophytes dans la vape, ont été sélectionnés dans cette étude. Pour participer, les vapoteurs devaient être d’anciens fumeurs quotidiens qui avaient cessé de fumer et sevrés à l’aide d’une cigarette électronique pendant au moins un mois; et des fumeurs qui devaient être fumeurs quotidiens pendant au moins 5 ans et n’avaient jamais utilisé une cigarette électronique avant. D’autres critères d’inclusion pour les deux groupes étaient d’avoir entre 18 et 60 ans; d’être cliniquement en bonne santé, sans antécédents de maladies cardiovasculaires et pulmonaires ou des problèmes hématologiques;  être capable de s’abstenir de l’utilisation d’une cigarette électronique et de tabac pendant au moins 8 heures; et être disposé à fournir des échantillons de sang. Les critères d’exclusion étaient les suivants: un évanouissement ou une sensation de faiblesse lors de la fourniture des échantillons de sang; une grossesse; et un refus de fournir un consentement écrit. L’étude a été réalisée conformément à la Déclaration de principes éthiques d’Helsinki pour la recherche médicale impliquant des sujets humains. Le protocole a été approuvé par le comité d’éthique du Centre de Chirurgie Cardiaque Onassis d’Athènes, et le consentement éclairé écrit a été fourni et signé par tous les sujets avant de participer à l’étude. Aucune compensation financière ou autre n’a été fournie aux participants.

Matériaux et procédure clinique.

Une nouvelle génération de cigarette électronique a été utilisée dans cette étude. Le dispositif (une EVIC, fabriqué par Joytech, Chine) se compose d’une batterie au lithium rechargeable de grande capacité (2600mAh) avec un circuit électronique interne qui comprend un stabilisateur de courant, et permet à l’utilisateur de régler manuellement la puissance (W) appliquée à l’atomiseur. La fourniture d’énergie à l’atomiseur a été fixé à 9W. La batterie a été complètement chargée avant utilisation. Un pulvérisateur de nouvelle génération (Evod, fabriqué par KangerTech, Chine) a été utilisé et a été rempli avec environ 2 ml de liquide. Un e-liquide contenant de la nicotine à 18mg/ml a été utilisé (Maxx Blend, fabriqué par FlavourArt, Italie). L’e-liquide a été analysé pour la concentration de nicotine et la présence de contaminants. Les fumeurs ont été informés que le bouton d’activation doit être pressé en continu au cours de la bouffée. Pas d’autres instructions ou conseils sur les modes d’utilisation de la cigarette électronique n’ont été donnés. Les participants ont visité le laboratoire après l’abstention de cigarette électronique, de tabac, de café, d’alcool et de consommation de nourriture pendant au moins 8 heures. Le test de Fagerström pour la dépendance à la cigarette (FTCD)  et l’échelle de la dépendance à la cigarette (CDS) ont été fournis à tous les participants afin d’évaluer, pour les fumeurs leur dépendance actuelle, et pour les vapoteurs leur dépendance passée au tabac. En outre, les deux questionnaires ont été modifiés afin d’évaluer la dépendance des vapoteurs à la cigarette électronique, comme précédemment décrit. En bref, les questions liées à la consommation de tabac de cigarette ont été remplacées par la consommation de liquide de cigarette électronique, sur la base des résultats d’une grande enquête sur les 19 441 vapoteurs. La consommation a été classée en fonction de centiles (quartiles pour FTCD et quintiles de CDS). On a également signalé les résultats des deux tests après l’exclusion de la question sur la cigarette et la consommation de cigarette électronique (comme le FTCD modifié et CDS modifiés). Un cathéter veineux a été introduit dans une veine du pli du coude, et 8 ml de sang veineux ont été recueillis dans des seringues en lithium-héparine pour mesurer les niveaux de nicotine dans le plasma sanguin de référence. On a demandé aux participants de prendre 10 bouffées en cinq minutes, simulant l’usage de cigarettes à tabac. Par la suite, ils ont été invités à utiliser autant qu’ils le souhaitaient la cigarette électronique, durant une période de 60 minutes (durée totale d’utilisation de la cigarette électronique: 65 minutes). Les échantillons de sang veineux ont été obtenus après la période de 5 minutes, et toutes les 15 minutes au cours de la période de 60 minutes ultérieure. Les échantillons de sang ont été conservés dans de la glace et centrifugés pendant 1 heure. Le plasma sanguin a été séparé et stocké à -70°C jusqu’à analyse. Les mesures de niveaux de nicotine ont été effectués dans un laboratoire spécialisé par chromatographie en phase gazeuse avec un détecteur spécifique NPD-80. La limite inférieure de quantification (LOQ) de cette méthode est de 0,5 ng / ml. Pour les échantillons avec des niveaux de nicotine sous la LOQ, une valeur de LOQ / 2 a été attribuée pour l’analyse statistique.

Evaluation de la topographie des bouffées.

Une caractéristique du dispositif des cigarettes électroniques utilisé dans l’étude actuelle est la capacité à enregistrer le temps d’activation de chaque bouffée et de stocker le nombre de bouffées, la durée et l’heure de chaque bouffée dans la mémoire interne. Par la suite, les données ont été téléchargées avec un logiciel spécialisé (fourni par le fabricant de l’appareil) et stockées dans des tableaux Excel. Le nombre et la durée moyenne des bouffées a été calculée à partir de ces données. La précision des données enregistrées a été validée dans une étude pilote, dans laquelle 5 vapoteurs expérimentés ont été invités à utiliser l’appareil pour 30 bouffées. Le nombre de bouffées a été compté manuellement et comparé avec le nombre de bouffées enregistrées. En outre, la précision de l’enregistrement de la durée de bouffée a été validée par l’enregistrement vidéo, dans laquelle on a comparé les durées d’enregistrement vidéo et d’enregistrement de périphérique de 5 bouffées par participant.

Analyse statistique.

La distribution des données a été évaluée par le test de Kolmogorov-Smirnov. Les variables catégorielles ont été exprimées en nombre (en %), tandis que les variables continues ont exprimé la moyenne (SEM). Les caractéristiques de base ont été comparées entre les groupes en utilisant un essai de χ2 et les tests T de l’étude. Pour comparer les niveaux de nicotine, des analyses de mesures répétées de la variance (ANOVA) ont été utilisées, avec 6 niveaux de synchronisation comme intra-sujet variable et deux groupes (expérimentés versus néophytes) comme entre-sujet facteur. Pour comparer les modèles de bouffées (nombre et durée), le test T de Student a été utilisé. L’association entre l’élévation des niveaux de nicotine de l’origine du test durant les 65 minutes, les modèles de bouffée et les antécédents de tabagisme ont été évalués en utilisant le coefficient de corrélation de Pearson. Une analyse de régression linéaire multivariée a été réalisée afin d’évaluer les facteurs qui ont été associés à une altitude plus élevée dans les niveaux de nicotine dans le plasma sanguin. Le changement dans les niveaux de nicotine dans le plasma à partir du début jusqu’à 65 minutes était une variable indépendante, et l’âge, le sexe, la durée du tabagisme et de la consommation, et la durée FTCD ont été introduits à l’analyse comme co-variables.

 Résultats

 

Tableau 2

Tableau 2. Colonne de gauche : caractéristiques ; Hommes ; Age (en année) ; Durée du tabagisme (en année) ; Nombre de cigarettes consommées par jour ; Durée d’utilisation de la cigarette électronique, en mois ; Temps depuis l’arrêt du tabac (en mois) ; FTCD

 

Cinquante sujets ont participé à l’étude. Trois d’entre eux ont été exclus de l’analyse (2 fumeurs et 1 vapoteur) en raison de l’impossibilité d’obtenir des échantillons de sang à tous les points de chronométrage. Les caractéristiques de base des participants sont présentés au tableau 2 (ci-dessus). Les vapoteurs néophytes ont signalé moins de consommation de cigarettes par rapport aux expérimentés. Selon les CDS, la dépendance passée au tabac était plus élevée chez les expérimentés par rapport à la dépendance actuelle des néophytes; et aucune différence n’a été observée dans le FTCD. En outre, les expérimentés ont signalé une moindre dépendance à l’utilisation d’une cigarette électronique, par rapport à leur dépendance passée sur le tabagisme.

 

Figure 2

Figure 2
Taux de nicotine dans le plasma sanguin, comparaison de l’évolution dans le temps entre vapoteurs expérimentés (en bleu), et vapoteurs néophytes (en rouge).


Niveaux de nicotine dans le plasma sanguin.

Les résultats des mesures de niveau de nicotine dans le plasma sont montrés dans la Figure 2 (ci-dessus). Une différence significative a été observée entre des points différents dans le temps (F = 115,1, p <0,001) et un temps x du groupe d’interaction significatif (F = 11,3, p <0,001) a été observé à partir de mesures répétées ANOVA. Aucune différence dans les niveaux de nicotine plasmatique n’a été observée à l’origine, entre expérimentés et néophytes. À cinq minutes, les niveaux de nicotine dans le plasma ont augmenté de 2,1 ± 0,3 ng/ml à 7,9 ± 0.9ng/ml chez les expérimentés (P <0,001 comparé à la valeur initiale) et de 1,6 ± 0,3 ng/ml à 4,3 ± 0.7ng/ml chez les néophytes (P <0,001 par rapport à la base). À 65 minutes, les niveaux ont atteint à 24,1 ± 2.0ng/ml chez les expérimentés et de 13,8 ± 1.6ng/ml chez les néophytes. De grandes différences inter-individuelles ont été observées; les niveaux de nicotine de plasma à 5 minutes variaient de 1,5 ng/ml à 21.8 ng/ml chez les expérimentés, et de 1.3 ng/ml à 15.2 ng/ml chez les néophytes. Les niveaux de nicotine de plasma à 65 minutes et variaient de 10.1ng/ml à 48.1ng/ml chez les expérimentés et de 3.3ng/ml à 31.4ng/ml chez les néophytes. À tous les points de temps après le début du test, la différence dans les niveaux de nicotine dans le plasma sanguin entre les deux groupes était statistiquement significative (P = 0,002 à 5min, P <0,001 dans tous les autres points de temps), avec des expérimentés ayant constamment des niveaux de nicotine plasmatiques plus élevés.

Figure 3

Figure 3
Vapers = Vapoteurs expérimentés ; Smokers = vapoteurs néophytes.
Puff Number = Nombre de bouffées ; Puff duration = durée des bouffées (en secondes)

Le nombre moyen et la durée de bouffées dans les deux groupes d’étude sont affichés dans la figure3 (ci-dessus). Les deux groupes ont pris le même nombre de bouffées dans le délai de 65 minutes. Toutefois, la durée de bouffée était de 3,5 ± 0,2s chez les vapoteurs, allant de 1,8s à 6,2s ; et 2,3 ± 0,2s chez les néophytes, allant de 0,9 s à 4,3 s (P <0,001). Une corrélation faible mais significative a été observée entre le changement dans les niveaux de nicotine dans le plasma à partir de la base à 65 minutes ,et dans la durée de bouffée (r = 0,37, P = 0,01). Des corrélations significatives ont également été observées entre les changements dans les niveaux de nicotine dans le plasma à partir de la base à 65 minutes, et du nombre de cigarettes fumées par jour (r = 0,41, P = 0,005), FTCD (r = 0,41, P = 0,004) et la CDS (r = 0,36, P = 0,013 ). La durée de bouffée était le seul facteur qui se corrélait aux variations des niveaux de nicotine dans le plasma de référence à 5min (r = 0,31, P = 0,036). Dans une analyse de régression linéaire multivariée, seule la durée de bouffée (β = 0,37, P = 0,008) et la consommation de cigarettes (β = 0,38, P = 0,005) étaient significativement associées avec le changement dans les niveaux de nicotine dans le plasma à partir de la ligne de base à 65 minutes.

Discussion

Cette étude est la première à comparer directement la livraison de la nicotine par l’utilisation d’une cigarette électronique entre des utilisateurs expérimentés et des utilisateurs néophytes de la cigarette électronique. Un dispositif de nouvelle génération a été utilisé, qui a déjà été démontré qu’il fournissait de la nicotine plus efficacement par rapport à des dispositifs de première génération (cigalike). L’étude a clairement montré que les deux groupes se procurent de la nicotine par l’utilisation d’une cigarette électronique ; cependant, le taux d’absorption est plus rapide et des niveaux de nicotine plasmatiques plus élevés ont été observés chez ceux expérimentés par rapport aux utilisateurs néophytes. Il semble que cela s’explique en partie par les différences dans les modèles de bouffée entre les deux groupes; en particulier, les néophytes ont des plus courtes bouffées par rapport aux expérimentés, et la durée de bouffée était indépendamment associée à l’élévation des niveaux de nicotine plasmatiques après 65 minutes d’utilisation.
Les dispositifs de cigarette électronique de nouvelle génération sont principalement utilisés par des utilisateurs qui, dans la plupart des cas, sont des anciens fumeurs invétérés. L’hypothèse que ces dispositifs qui diffusent de la nicotine soient plus efficaces par rapport aux dispositifs de première génération a été confirmée dans une étude clinique récente, qui a trouvé des niveaux plus élevés de nicotine dans le plasma sanguin des utilisateurs expérimentés lors de l’utilisation d’un dispositif de nouvelle génération par rapport à un produit « cigalike » (ou cigarette-like). Par la suite, une étude en laboratoire a confirmé que l’élévation des niveaux de puissance a conduit à une augmentation du rendement de vapeur, et de la livraison de la nicotine dans le liquide à vapeur. Il a été montré ici que les utilisateurs néophytes sont incapables d’obtenir des niveaux similaires de nicotine par rapport à des utilisateurs expérimentés avec des dispositifs avancés de cigarette électronique. Ceci a été partiellement expliqué par les différences dans la durée des bouffées  entre les deux groupes. Les néophytes ont utilisé la cigarette électronique dans un modèle de bouffée similaire à celle des cigarettes de tabac, en prenant des bouffées plus courtes par rapport aux utilisateurs expérimentés. Des observations similaires ont été signalées dans une étude précédente de l’utilisation d’une cigarette électronique. Dans cette étude, les expérimentés avaient pris 4,2 secondes bouffées, comparativement aux 2,4 secondes de bouffée observées chez néophytes. Dans la présente étude, les expérimentés ont eu des bouffées un peu plus courtes, ce qui peut s’expliquer par la puissance de la cigarette électronique plus utilisée dans cette étude. Cependant, compte tenu de la faible corrélation entre les changements dans les niveaux de nicotine de plasma et la durée de bouffée, il semble que d’autres facteurs contribuent à l’absorption de la nicotine. Ces facteurs pourraient être la profondeur de l’inhalation et le temps de conservation de la vapeur inhalée. Le tabagisme est une dépendance difficile à briser. Les cigarettes à tabac diffusent de la nicotine très efficacement, surtout en termes de vitesse d’absorption. La rapidité de livraison, ainsi que d’autres substances contenues dans la fumée qui potentialisent les propriétés addictives de la nicotine, contribuent de manière significative au potentiel de dépendance des cigarettes traditionnelles. Il est raisonnable de supposer que les produits alternatifs auraient plus de succès dans la substitution à la fumée de tabac, si elles pouvaient répliquer le potentiel de livraison de la nicotine des cigarettes traditionnelles. Les études contrôlées aléatoires évaluant l’efficacité des contraceptifs d’urgence à substituer le tabagisme ont montré de modestes résultats. Une des principales raisons pour lesquelles la délivrance de nicotine à l’utilisateur a été considérée comme le faible potentiel des dispositifs utilisés. Malgré le fait que les appareils de nouvelle génération sont plus efficaces, ils sont toujours en retard dans les délais de livraison de la nicotine par rapport au tabagisme, ce qui soulève généralement des niveaux de nicotine dans le plasma à 15 ng/ml, ou + 5 minutes après. Pour les néophytes, le potentiel inférieur d’une cigarette électronique à fournir de la nicotine est plus important. Une étude récente a montré une amélioration dans l’absorption de nicotine après l’utilisation d’une cigarette électronique de première génération durant 4 semaines. En évaluant les habitudes de consommation, notre étude confirme les observations précédentes: il y a une courbe d’apprentissage dans l’utilisation des moyens d’administration, même lorsque les appareils de nouvelle génération sont utilisés; les utilisateurs expérimentés utilisent plus intensivement les cigarettes électroniques par rapport à des utilisateurs novices. Étant donné que moins de 20% des fumeurs qui essaient les cigarettes électroniques le font quotidiennement, nos résultats indiquent que les fumeurs doivent être correctement informés sur la différence des caractéristiques à utiliser une cigarette électronique, par rapport aux cigarettes de tabac, afin d’éviter toute déception initiale qui découragerait d’utiliser plus longtemps la cigarette électronique, et compromettrait la réussite de substitution au tabac, ou conduirait à un double usage entre cigarettes traditionnelles et cigarettes électroniques.

Certaines restrictions sont applicables à cette étude. Les vapoteurs expérimentés ont utilisé l’équipement et le liquide différent de ce qu’ils utilisent régulièrement. Il est possible que, en étant plus familiers, les expérimentés obtiendraient des niveaux plus élevés de nicotine dans le plasma sanguin en utilisant leur propre équipement. En outre, nous ne fournissions pas aux participants un choix de différentes saveurs, donc il est possible que certains d’entre eux sous-utilisaient leurs cigarettes électroniques, parce qu’ils n’appréciaient pas le goût du liquide utilisé dans l’étude. Tous les échantillons de sang ont été obtenus immédiatement après usage, sans aucune période d’abstinence; par conséquent, nous avons été incapables de déterminer s’il y a eu une absorption de la nicotine retardée, ce qui indiquerait une absorption par la muqueuse buccale. Cependant, une étude évaluant la première génération de cigarettes électroniques n’a montré aucune absorption retardée; et c’est le plus probable, de même pour l’utilisation de dispositifs de nouvelle génération. Seulement le nombre de bouffées et la durée ont été mesurées afin d’évaluer les modes d’utilisation. Dans le tabagisme, le volume de bouffée est également important en termes de délivrance de la nicotine. Cependant, Talih et al. n’a trouvé aucun effet du volume de bouffée de délivrance de nicotine à la vapeur de cigarette électronique. Le potentiel d’une cigarette électronique pour fournir de la nicotine dans les cinq minutes a peut-être été sous-estimée en raison du fait que les participants ont été informés qu’ils pouvaient vapoter autant qu’ils le souhaitaient pour 65 minutes au total, au cours de la session expérimentale. Si le protocole avait proposé l’utilisation de la cigarette électronique pendant seulement cinq minutes, mais avec une période d’abstinence ultérieure, il est possible que les participants eurent utilisé les appareils de façon plus intensive, car ils auraient eu peu de temps pour satisfaire leurs besoins en nicotine, résultant en des niveaux de nicotine plasmatiques plus élevés. En outre, ils ne furent pas autorisés à prendre plus de 10 bouffées pendant cette période; l’utilisation ad lib aurait entraîné un  lus grand nombre de bouffées prises au cours de la période de 5 minutes, ce qui aurait pu influer sur les niveaux de nicotine plasmatiques. Une solution contenant 18 mg/ml de nicotine a été utilisée dans cette étude. Bien qu’il soit possible d’obtenir et d’utiliser de liquide avec des niveaux plus élevés de nicotine aux États-Unis, la directive sur les produits du tabac de l’Union européenne impose une limite maximale de concentration de 20 mg/ml dans les e-liquides vendus au sein de l’Union européenne. Ce sera mis en œuvre à partir de 2016 et sera applicable à tous les produits en plus de ceux qui obtientdront une licence médicament; même si actuellement, aucun produit de cigarette électronique a obtenu la licence du médicament, en raison du processus de longue durée et très coûteux. Notre étude indique que cette limite peut être insuffisante pour satisfaire pleinement les besoins des fumeurs en termes d’apport de nicotine. Des études antérieures ont montré qu’une proportion importante de fumeurs ont besoin d’utiliser des liquides à haute contenance de la nicotine pour cesser de fumer. Cependant, l’évolution des nouveaux produits pourrait entraîner une meilleure prestation de la nicotine dans le liquide à vapeur, et l’absorption de la nicotine serait plus rapide à venir, sans la nécessité d’utiliser des liquides à concentration élevée de nicotine. Bien que cela pourrait rendre la cigarette électronique plus addictive, il soulève une importante question éthique de savoir si un produit, qui est probablement bénéfique pour une partie de la population (les fumeurs) devrait être limité (ce qui pourrait entraîner une réduction de l’efficacité comme un substitut au tabac) parce que d’autres parties de la population (les non-fumeurs) décideraient d’adopter volontairement son utilisation et peut-être en devenir dépendants. Toute règlementation doit être basée sur l’évaluation de l’équilibre entre tout préjudice découlant de l’utilisation par (les non-fumeurs) non ciblées par rapport aux avantages potentiels de l’utilisation par des groupes de population ciblés (les fumeurs). Plus d’études de population sont nécessaires pour évaluer cet aspect ; cependant, il est important de bien inculquer à la société que les cigarettes électroniques doivent être utilisées comme substitut au tabac et non pas comme une nouvelle habitude saine pour quiconque à adopter.

Enfin, le matériel utilisé dans cette étude, bien que considéré comme de nouvelle génération à l’époque, est déjà dépassé. La technologie des cigarettes électroniques progresse à un rythme rapide, et la recherche est parfois incapable de suivre ces progrès et évaluer l’efficacité de ces dispositifs rapidement. Le dispositif de la batterie que nous avons utilisé a été maintenant remplacé par une nouvelle version capable de générer plus de puissance, et les atomiseurs de nouvelle génération peuvent résister à des niveaux de puissance plus élevés et des durées de bouffée plus longue, sans qu’il en résulte le goût désagréable dit du dry-puff. Cela peut conduire à une production plus élevée de la vapeur et, par conséquent, la teneur en nicotine plus élevée dans la vapeur de chaque bouffée. En conclusion, la nouvelle génération de cigarette électronique peut effectivement fournir de la nicotine, mais à un rythme plus lent et à des niveaux inférieurs chez les néophytes par rapport aux utilisateurs expérimentés. Les utilisateurs devraient être correctement informés à leur initiation à la cigarette électronique, que l’apport de nicotine va probablement augmenter à mesure qu’ils apprennent et adapter leurs modes d’utilisation. On prévoit une livraison plus rapide de la nicotine pour accroître l’attrait de la cigarette électronique pour les fumeurs et pourrait rendre la cigarette électronique plus efficace comme outil de renoncement au tabac, au risque de potentiellement augmenter le potentiel de dépendance.

Remerciements

Financement: L’étude a été financée par American E-Liquid fabrication Standards Association (AEMSA). C’est une association à but non lucratif officiellement [501 (c) (6) statut par l’IRS] qui a été fondée et est dirigée par un consommateur de cigarette électronique. L’organisme de financement n’a pas été impliqué dans la conception de l’étude, la collecte de données, l’analyse et l’interprétation, l’écriture ou l’approbation du manuscrit et de la décision de soumettre le manuscrit pour publication. L’étude a été présentée dans le cadre lors d’une réunion avec le Centre de la FDA pour les produits du tabac par Konstantinos Farsalinos. Aucun auteur n’a aucun intérêt financier ou autre dans l’issue de cette étude.

Retrouvez l’étude dans sa version originale (et la seule version faisant foi), ainsi que les références de l’étude par ce PDF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ neuf = dix

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>